Feeds:
Articles

Posts Tagged ‘livre’


« Les jeudis muets – Moi, Fina, enfant du divorce »

 

« Depuis mon plus jeune âge j’ai su que j’écrirais mon histoire d’enfant du divorce et je me suis attachée, inconsciemment d’abord puis sciemment ensuite, à ne rien oublier pour la transcrire. Ceci était probablement dû à ma protestation d’être dressée contre mon père, aux droits confisqués, sans que je puisse m’y opposer. Mon projet m’a fait tenir…» (Sylvie Hippolyte)

 

« Ma mère ne prendra pas la succession de ses parents à la ferme, pas plus que son frère d’ailleurs : le métier de la terre tanne la peau, salit et casse les ongles. Belle et cultivée, le teint de porcelaine, les chevilles en fleur et les poignets perlés, elle attend celui qui lui permettra d’exprimer sa beauté et son intelligence. Jeune étudiant à l’École des arts et métiers, l’érudition sous le bras, les yeux de velours cerclés de fer, le sourire enjôleur, la taille serrée et ceinturée dans de larges pantalons, la démarche féline, mon père entre en scène. Il lui promet l’amour, le chic, la mondanité. La fille du pé Baray est particulièrement belle le jour où elle épouse celui qui fera d’elle une grande dame. Hélas ! le rêve ne dura que le temps d’une rose. Je ne connais pas les raisons qui ont fait basculer leur couple. Mais pour sa promesse éphémère mon père paiera. Elle lui confisquera ses trois filles, elle détruira en elles tout ce qui lui ressemble. Sa fille aînée lui servira à ajuster son processus de destruction chez ses deux autres filles. Ainsi, elle en tirera quelques avantages. La machine à tuer le père se met en place. Ma mère la caresse, la peaufine, en perfectionne tous les jours les rouages. La justice n’arrêtera pas le mécanisme, on ne confie pas les enfants aux pères, forcément moins capables de les élever. Jusqu’où fonctionnera-t-elle ? Elle contient de nombreux programmes. Pendant que les parents explosent de haine l’un envers l’autre, les coups pleuvent pour faire plier les deux rebelles, la mère toute puissante. Et ce père qui ne vient plus les voir ! Elles se cachent pour pleurer en silence. Heureusement que Mémé Charlotte, avec son bon patois du Pays de Caux, leur communique son rire et sa belle humeur ; heureusement que quelques enseignants, troublés par leur visage sombre, les incitent à se confier ; heureusement que des amis les aident à grandir. — Dis Maman, c’est quoi l’amour ? — C’est rien, petite sotte, ça n’existe pas, c’est une invention des gens. Leur amour a eu le temps de pénétrer au coeur des filles et les propulse dans la vie avec un tempérament de feu. Elles déposent un grain de sable dans le système et entament un long combat contre le processus de destruction, lequel laissera malgré tout d’irréversibles traces que leurs conjoints se chargent d’atténuer. Durant toute ma vie, je chercherai l’amour de celle qui fut ma mère. Arrivée à l’automne au calendrier de mes ans, je découvre que mes parents se sont aimés. Je suis née au Havre en 1950, issue d’une lignée de Hauts-Normands. Suite au divorce de mes parents, nos cinq vies ont basculé : la leur ainsi que celle de mes deux soeurs et la mienne. J’ai passé mon enfance entre une mère manipulatrice et motivée par une haine féroce envers son ex-conjoint et l’attente d’un père éliminé, considéré comme mort, dépossédé de son rôle paternel. Je me suis nourrie de lectures pour échapper au monde inamical dans lequel j’évoluais. La lecture m’a guidée naturellement vers l’écriture depuis mes treize ans. Mariée en 1972, je m’installe à Reims où naissent mes deux enfants. J’ai exercé le métier d’assistante sociale, en premier lieu au sein de l’association “Le Retour à Reims” puis à la Mutualité Sociale Agricole avec une interruption d’une dizaine d’années pendant lesquelles j’ai travaillé dans les services administratifs de cet organisme. Aujourd’hui retraitée, installée en Loire-Atlantique avec mon mari, je goûte la sérénité dans cette magnifique région. Qu’il s’agisse de la Côte d’Albâtre ou de la Côte d’Amour, la mer a toujours exercé sur moi une fascination, elle est aussi vitale que ma respiration. Depuis mon plus jeune âge j’ai su que j’écrirais mon histoire d’enfant du divorce et je me suis attachée, inconsciemment d’abord puis sciemment ensuite, à ne rien oublier pour la transcrire. Ceci était probablement dû à ma protestation d’être dressée contre mon père, aux droits confisqués, sans que je puisse m’y opposer. Mon projet m’a fait tenir..»

Pour commander sur autres.talents.frpour commander ou télécharger queques pages du livre :  autres.talents.fr

.


Qu’est-ce que l’Aliénation Parentale

« Les enfants détruits par l’Aliénation Parentale » (…).

« c’est une sorte de massacre avec les meilleures intentions du monde ! Chaque parent se dit désireux de tout faire pour leur enfant. Avec l’enfant que l’on dit vouloir protéger et qui est réellement esquinté.» (Paul Bensussan, expert national) »

A suivre : Une enfant aliéné devenue mère, demande des comptes A suivre : Renouer le lien parental


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Publicités

Read Full Post »


Une solution pour lutter contre la perte du lien parentale

Dans 40% des couples divorcés, au bout d’un moment les enfants et les pères se perdent de vue. 40% des cas : c’est énorme ! (Marta de Tena)

10 ans après la loi de réforme sur l’autorité parentale, Marta de Tena (Journaliste chez Elle Magazine et Auteure) dresse le bilan de la résidence alternée à partir d’expériences concrètes recueillies dans son dernier ouvrage à paraître ce mois (mars 2012)

* Quels sont les avantages de la garde alternée ?

Un des avantages de la résidence alternée et certainement le principal, c’est le renforcement du lien de l’enfant avec ses deux parents (et notamment avec le père) (…)

* Pourquoi le lien avec les pères ?

(…) Dans 40% des couples divorcés, au bout d’un moment les enfants et les pères se perdent de vue. 40% des cas : c’est énorme !

Après, on passe sa vie à chercher son père.

La garde alternée sert à garder ces liens. (…)

* Quels sont les points incontournables ?

Il y a des points incontournables :

  • Bien sûr la proximité géographique. On n’est pas obligé de vivre dans la même rue mais il faut que l’enfant ait moins de 30 minutes pour aller à l’école (…).
  • Il faut absolument garder tout ce qui est structure extérieure : activités extrascolaire, les amis, tout ce qui fait la vie de l’enfant… il faut le respecter au maximum.
  • Il faut aussi respecter l’autre parent. On ne le dira jamais assez : il ne faut jamais dire du mal de l’autre parent. Alienation ParentaleIl faut faire autant d’effort que possible, voire l’impossible, pour que l’enfant se sente en sécurité : quant on le pose chez l’autre parent, qu’il sente qu’on le laisse en confiance. C’est très important la confiance.

(Marta de Tena, journaliste chez Elle, auteure)


Marta de Tena, auteur de « La garde alternée, du sur mesure pour nos enfants », explique ses raisons pour écrire ce livre et donne son avis sur l’alternance.
+ d’infos sur la résidence alternée : jafland.info

.

Milieux médiatisés : un mal non nécessaire dans la plupart des cas

.

.


La garde alternée

« Garde alternée, retours d’expérience et jurisprudence » (…).

Pour préserver les enfants de la séparation, le plus important est de préserver la coparentalité au-delà de la séparation



Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :