Feeds:
Articles

Posts Tagged ‘droits de l’enfants’


Justice familiale et Exlusion Parentale

 

«[ Priver abusivement un enfant d’un de ses parents constitue une infraction pénale de maltraitance psychologique habituelle sur mineur ] »

« Les séparations de couple avec enfant sont devenues ces dernières décennies un phénomène social de grande ampleur. L’INED a recensé en moyenne 130.000 divorces par an sur les cinq dernières années, chiffre auquel il faut ajouter les nombreuses séparations de couples parentaux non mariés. 

On sait grâce à l’anthropologie sociale que lorsqu’ils se séparent, les deux membres d’un couple parental avec enfants appliquent inconsciemment, pour le partage de leur patrimoine commun tant humain (les enfants) que matériel, les règles ancestrales de partage d’héritage transmises implicitement de génération en génération, par la coutume familiale. Or la France n’est pas un pays à majorité égalitaire en ce domaine : elle est anthropologiquement dominée à près des deux tiers, et en particulier dans sa périphérie, par des règles d’héritages non égalitaires datant du haut-moyen-âge (la « famille souche », telle qu’elle a par exemple été décrite par Le Play dans les Pyrénées au XIXe siècle).

Cette réalité rend compte du caractère volontiers conflictuel des divorces en France, et du risque spontanément élevé de captation affective exclusive des enfants par un parent contre l’autre, ce que l’on appelle l’aliénation parentale, phénomène profondément destructeur pour le développement psychologique des enfants. Instrumentalisé, victime d’un conflit de loyauté, l’enfant aliéné développe un comportement de rejet du parent auquel l’accès lui est interdit, volonté d’exclusion qui peut s’exprimer avec une très grande violence, jusqu’à l’effacement complet.

loi, jurisprudence et moyens preventifsPriver abusivement un enfant d’un de ses parents constitue une infraction pénale de maltraitance psychologique habituelle sur mineur, susceptible de recevoir une qualification criminelle dans les cas les plus graves (art.222-14 du code pénal).

C’est également une violation de la charte des Droits de l’homme et de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Le phénomène d’Aliénation Parentale a été reconnu par la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Le Brésil le considère comme un délit pénal. En France, la République est donc censée intervenir, à travers l’institution judiciaire, pour protéger le lien indissoluble et absolument prioritaire des enfants avec leurs deux parents.

Article 222-14 : Les violences habituelles sur un mineur de quinze ans ou sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de leur auteur sont punies (…).

 

L’abandon du droit familial par les juridictions civiles

Or l’institution judiciaire, lors du déclin de l’idée de République et de Nation dans les années 1970, s’est massivement laissé imprégner par les valeurs économiquement dominantes, en l’occurrence l’anglo-saxonisme inégalitaire et individualiste. Plaqué sur une France aux valeurs radicalement opposées, le désengagement de l’Etat de la vie des citoyens ainsi opéré a produit en très grand nombre des drames familiaux dont on commence à peine à mesurer les conséquences sur la société.

Le peuple agissant en qualité de législateur à travers ses députés n’a eu pourtant de cesse de défendre l’égalité stricte des droits entre les parents, en introduisant la garde alternée, en abolissant la notion d’enfant illégitime et en imposant le maintien de notre culture latine de l’autorité parentale contre la pression internationale anglo-saxonne de l’autonomie juridique de l’enfant. Mais depuis plus de 30 ans, le lien-parent enfant est méprisé par les tribunaux civils, pénaux et par le ministère de la justice, qui ne font plus appliquer la loi dans ce domaine.

Les parents en séparation sont fortement incités à s’accorder eux-mêmes sur la garde des enfants, et le désengagement idéologique de l’Etat à ce niveau n’est pas autre chose, compte-tenu du fond anthropologique inégalitaire d’une grande partie de la population française, qu’un encouragement à la loi du plus fort et à l’aliénation parentale. Démuni, culpabilisé par la société, le parent victime hésite trop souvent à saisir la justice et si il s’y décide finalement, il est souvent bien trop tard.

Commence alors un autre parcours du combattant. Alors que les contentieux familiaux représentent les deux-tiers de toutes les affaires traitées par les juridictions civiles (360.000 affaires en 2006), ils sont culturellement méprisés par l’institution judiciaire, fuis par les juges expérimentés et abandonnés à des magistrats trop jeunes et trop peu nombreux, sans formation spécialisée, appliquant scolairement des recettes juridiques périmées. Imprégné de concepts anglo-saxons anthropologiquement inadaptés, le corps des magistrats se décharge volontiers de ses responsabilités sur des services sociaux débordés et insuffisamment formés. Trop souvent sont imposées des visites médiatisées, qui terrifient autant les enfants aliénés que le parent exclu et ne font dans la grande majorité des cas d’aliénation même bénigne, que consommer la rupture définitive du lien parent-enfant.

 

L’abandon du droit familial par les juridictions pénales

Déjà avancé en droit civil, le rejet de la sphère familiale par l’Etat est massif en droit pénal, où il se traduit par un refus culturel de faire appliquer la loi pourtant très claire sur la protection du lien parent-enfant. Le point de vue des hauts fonctionnaires sur la justice familiale montre une méconnaissance des mécanismes les plus élémentaires de la psychologie familiale, comme en témoigne cette réponse ministérielle contradictoire à un parlementaire en 2008, : "La garde des sceaux, ministre de la justice, indique à l’honorable parlementaire que le respect des décisions de justice accordant un droit de visite et d’hébergement au parent chez qui l’enfant ne réside pas habituellement est fondamental dans l’intérêt de ce dernier. Il convient d’observer que la mise en oeuvre des décisions de justice fixant l’exercice des droits de visite et d’hébergement ne permet pas le recours à la force publique dans les conditions du droit commun des procédures civiles d’exécution." (…)

EGV – Eloignement Géographique Volontaire

« Doit-on condamner les parents séparés à résider dans la même "zone parentale" jusqu’à la majorité des enfants ? » (…).

Pourquoi ne pas être capable de garantir le droit de l’enfant, en faisant respecter cette simple évidence : les couples séparés ne doivent pas s’éloigner l’un de l’autre (résidence) à partir du moment où ils réclament tous deux, la légitimité de l’exercice de l’autorité parental.

1 COUPLE PARENTAL = 1 ZONE PARENTALE

 

NRE – Non Représentation d’Enfant

Les chiffres officiels parlent d’eux-mêmes : entre 25.000 à 30.000 plaintes déposées chaque année (police et gendarmerie confondues) pour soustraction ou non-représentation d’enfant [N.R.E], en constante augmentation : 23.000 en 2001, et 26.000 n 2009 (source : ministère de l’intérieur). En face, 1348 condamnations en 2006, et 1353 en 2007 pour les mêmes motifs (source : ministère de la justice). Soit 20 plaintes pour une seule condamnation. En soustrayant les plaintes abusives, il ne reste pas moins de 12 à 15 plaintes pour une condamnation. En outre, et les forces de l’ordre le reconnaissent, les parents qui osent porter plainte ne sont pas la majorité ; la plupart ne le font qu’après une répétition importante de faits de non-représentation. D’ailleurs, les services de police ou de gendarmerie découragent régulièrement les plaintes tant que les faits ne sont pas répétés, contrevenant gravement à leur obligation d’enregistrer toute plainte pénalement valable. Tous les parents concernés connaissent les interminables queues dans les commissariats les premiers samedis de vacances scolaires.

1 NON REPRESENTATION = 1 AMENDE –
(Verbalisation Graduelle et immediate directement par les forces de l’ordre)

 

 

L’enlèvement parental, une réalité fréquente mais déniée par l’Etat

Imprégnée par la conviction scientifiquement fausse que la délinquance parentale se traite par la médiation, la justice civile limite volontairement la définition administrative de l’enlèvement parental aux cas de disparition, ce qui représente en réalité une très faible proportion des situations de coupure volontaire par un parent des liens entre l’enfant et l’autre parent. Il faut en réalité considérer qu’il y a enlèvement parental dès qu’un parent n’a plus accès à son ou ses enfants au-delà de deux à trois mois, car les conséquences psychiques définitives pour l’enfant (sans oublier la souffrance du parent victime) s’installent dès lors.

Souffrance de l’enfant séparé

Le nombre d’enlèvements parentaux de fait, correspondant aux situations de multi-récidives de non-représentation d’enfant, atteint donc vraisemblablement plusieurs milliers de nouveaux cas chaque année. Autant de troubles psychiques irréversibles pour des enfants qui n’ont pour seule défense que le clivage psychique, c’est-à-dire le refoulement massif et brutal de toute la partie d’eux-mêmes attachée affectivement au parent écart.

L’enlèvement parental d’enfant est largement reconnu en effet par la communauté scientifique pour représenter un acte de grande violence psychologique sur l’enfant. Une majorité de ces enfants va développer une fois adulte, des troubles de la personnalité et du comportement de type border-line, c’est-à-dire une fragilité permanente avec incapacité à faire face aux situations de grand stress, une forte tendance dépressive, et de faibles chances de réussir une vie affective et familiale. Objectivement, l’enlèvement parental est donc une maltraitance infantile à caractère criminel.

Enfin, l’Etat refuse systématiquement toute démarche de protection des enfants retenus en dehors du territoire par un parent étranger, souvent avec la complicité des administrations de son pays, dont certains comme l’Allemagne et le Japon encouragent très fortement l’aliénation parentale pour des raisons culturelles. La justice française n’engage jamais de poursuite contre le parent étranger, renvoie les enfants à l’étranger malgré le danger*, ne délivre pas de mandat d’arrêt transfrontalier, et la diplomatie observe un complet silence vis-à-vis des autorités du pays concerné. Les parents français victimes, le plus souvent, se voient définitivement interdits de tout contact avec leur enfant, et abandonnés par l’Etat. En 2010, deux Français dans cette situation se sont suicidés(1)(2).» (Paul-Jean Loubier pour AgoraVox )

 

A.suivre (article connexe) : Les Pros sonnent l’alarme A suivre (article connexe) : On peut continuer à démolir les enfants : la justice ne va pas tellement s’y opposer… (M. Jean Pannier)

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Publicités

Read Full Post »


« L’enquête de Florence Bellone RTBF sur les enlèvements d’enfants par les services sociaux britanniques avait fait sensation l’an dernier. Ce reportage vient de lui valoir le prestigieux prix européen Lorenzo Natali pour les droits de l’homme.
Notre correspondante à Londres revient avec de nouvelles pièces, de nouveaux témoignages, toujours aussi forts et parfois même hallucinants… »

Source et suite de l’article:

Source reportage Journalistique (audio) :

Diffusion : Contenxia

(…) «En novembre 2010, la diffusion du reportage de Florence Bellone sur la problématique de l’adoption forcée en Grande-Bretagne avait suscité l’émoi. Les mots «adoption forcée» évoquent des scandales comme celui de «l’Arche de Zoé» dans lequel des Occidentaux embarquent des enfants étrangers sous prétexte de les extraire à leur misère, et sans vérifier s’ils sont vraiment abandonnés, pour les placer sur le marché de l’adoption internationale.
(…)Le Royaume-Uni a pourtant une histoire douteuse en matière de «protection de l’enfance» depuis le 19ème siècle. L’un des épisodes les plus dramatiques a duré 70 ans : les enfants volés aux familles pauvres étaient envoyés en Australie dans le cadre du programme d’état «Migrant Children» pour y créer «une bonne souche blanche» ! 40 ans après la fin du programme, au début de l’année 2010, Gordon Brown, David Cameron et Nick Clegg ont produit des excuses publiques à la Chambre des Communes pour ce désastre historique.
(…)Et surtout, il y a ces milliers de femmes accusées de «future négligence» ou «futur dommage émotionnel» de leur enfant, dès les premiers jours de la grossesse… On leur enlève le nourrisson à la naissance et on leur enlèvera ainsi chaque nouveau bébé, sur la seule foi d’un psychiatre payé par les services sociaux. Leur crime : avoir été victime de violence domestique, soit par leurs parents, soit par leur partenaire, et très souvent par la famille d’accueil ou l’orphelinat ou elles-mêmes avaient été placées. Plusieurs centaines de ces mères, seules ou en couple, ont fui à l’étranger afin de pouvoir garder leur bébé.
Source : Le Monde.fr

 


RT à propos du trafic d’enfants via les services sociaux : "5 policiers et 2 éducatrices viennent enlever le bébé juste après l’accouchement"

Quelle est la situation en France ? -> COMITE CEDIF -> Jean-Pierre Rosenczveig sur l’adoption d’enfants placés

 
source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/01/29/vols-denfants-par-services-sociaux-angleterre/

 

Services sociauxA suivre : 1 famille témoigne de l’enlévement de leur fille par les services sociaux  A suivre : L’ex-star de la télé, Mallaury Nataf devient SDF et se fait enlever son bébé par les services sociaux

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Un homme se lève contre le "mauvais" féminisme

 34% des enfants du divorce ne voient plus jamais leur père (INSEE) : 30 ans d’oppression et de souffrance : les enfants ont subis et subissent encore mais maintenant… ils en ont marre !

-> Réponse d’un homme au fanatisme qui prône le féminisme (ou même le masculinisme) en matière familiale … et contre la discrimination sexiste qui conduit à la violation des droits élémentaires des enfants qui ne sont pas capables de les faire respecter eux même…
 

Les Mamans ici, les Papas par là… et les enfants dans tout ca ?

Est-ce qu’ils ont encore leur mot à dire dans cette guerre de tranchée ? Il faut partir du postulat (sauf démonstration contraire mais au cas par cas) que la mère comme le père sont des parents aimants : l’un comme l’autre ! .. Intrigante perception, n’est-ce pas ?
 
Pour donc les autres cas particuliers, il faut juger les actes sans chercher à en faire des généralités, prétexte au déversement d’une haine ségrégationniste… Car nul doute que ceux qui cherchent le loup, sauront y voir la queue et sans doute stigmatiser à toute occasion, le mâle qu’ils pensent y déceler.

Cette approche en fonction du sexe, est une approche sexiste ! (-> de même des considérations raciales et discriminantes constituent-elles une approche raciste ? etc..). Faire des généralités caricaturales et discriminatoires est injuste.

Mais au contraire, il faudrait considérer à juste titre qu’il y a des bons et des mauvais Papas tout comme il y a des bonnes et de mauvaises mamans.

 

Quelle est la conséquence pour les enfants ?

Parmi ces enfants, il y a des garçons et il y a des filles. Ces filles en particulier seront des femmes plus tard ! Ces femmes n’avaient-elles pas le droit de profiter de leurs deux parents ? Qui/quoi pour s’ériger au nom des femmes et priver ces femmes-ci de leur droit ? L’ont-elles sollicité ? Ceux qui prônent le féminisme auraient-ils souhaités qu’on les prive de leur propre père ? Pourquoi ?

Le féminisme en matière familiale révèle en réalité un concept discriminatoire "anti-hommes". Le sexisme, comme le racisme ou l’antisémitisme,… (ou tous ces -ismes quand ils conduisent – de fait – à opprimer), n’ont aucune cohérence quand il s’habille faussement et sournoisement d’une façade en carton, de principes égalitaires…

Cela fait trop longtemps que cette oppression s’exerce. Elle est d’autant plus intolérable et abjecte quand elle entraîne la souffrance silencieuse de milliers d’enfants ; qui souffrent d’autant de nous voir ignorants, sinon indifférents. Maintenant, il faut que ca cesse…

 

Les féministes sont-ils tous des sexistes haineux
ou se trompent-ils de voie ?

En matière familiale on ne peut nier que si "oppression en fonction du sexe" il y a, alors plaise à certain de s’en servir pour non pas se justifier d’un féminisme mais dans ce cas-ci, de son pendant : le masculinisme… Mieux : pourquoi enfin ne pas cesser de balancer d’un côté ou de l’autre sans jamais atteindre l’équilibre ? Pourquoi, au contraire ne pas viser plus juste et prôner alors un égalitarisme ?

Sinon de considérer la réalité d’une véritable misandrie qui coule dans les veines du féminisme et donc une haine contre l’homme ? …mais en réalité, probablement et plus simplement, une haine tout court…
 

Définition : La misandrie est un sentiment sexiste d’aversion pour les hommes en général, ou une doctrine professant l’infériorité des hommes par rapport aux femmes. Elle peut être ressentie ou professée par des personnes des deux sexes.

 
Un choix « égalitariste » oui … mais non fanatique (radical, hystérique,…) ! Un choix légitime si l’objectif et l’action vise sincèrement la fin d’une oppression. Mais rien n’enlèvera au fait que l’homme et la femme ont bel et bien des différences qui vont au-delà même du caractère extérieur ou non de leur appareil génital. Et c’est tant mieux : car c’est bien pour leurs différences qu’ils s’aiment (et non pas qu’ils devraient se haïr… )

Il y a finalement un point commun entre un féministe haineux ou un masculiniste haineux : la haine. Et c’est justement cela qui les différencie profondément avec ceux avec qui, ils se retrouvent par ailleurs associés (s’agissant d’un homme ou d’une femme sincère qui se bat contre la haine, plutôt que mue par elle…). Cette différence est de taille car se battre pour des causes nobles mais porté dans un esprit qui tire son énergie d’une haine vengeresse ou d’une perversion plutôt que de chercher à apaiser les souffrances : change tout de l’esprit qui incarne ce combat. Tout comme la fin ne justifie pas les moyens, c’est bien plus encore la question de l’énergie utilisée (l’Amour ou la haine) qui fait toute la différence… Car, si c’est la haine qui motive nos passions et nos combats : à qui croit-on rendre gloire en agissant ainsi ? Toute une vie suffirait-elle pour apporter la lumière sur cette simple évidence ?

 
Et à chacun de veiller à se débarrasser de la haine qui brûle dans son coeur, avant de finir par en être totalement consumé… (Seuls s’y complaisent les gens du feu…)

 

Hommes et Femmes sont-ils si … égaux ?

Les hommes et les femmes sont différents. C’est pour cela que même le féminisme le plus exacerbé n’empêcherait pas qu’il se trouve parmi les plus fanatiques d’entres elles, quelques unes encore béates, ne serait-ce que devant le simple postérieur du mâle… Et pareillement, qu’y-a-t-il pour l’homme de plus merveilleux encore qu’une femme ? (sinon son sourire  😉 …

 

Quelle est la plus grande urgence en matière familiale actuellement ?

Cela fait plus de 30 ans que la maltraitance psychologique des enfants séparés se perpétue dans l’indifférence générale.

Il est grand temps maintenant de se lever pour ce qui apparaît comme une urgence de taille et par tout moyen d’amener à faire cesser enfin, la souffrance des enfants séparés de leur(s) parent(s).

Et dans ce combat comme pour tout combat contre la haine et ses pendants que sont l’ignorance et la lâcheté (…) tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté sont les bienvenus !

Voici donc, nos « armes » (celles de la connaissance) et quelques idées d’actions à votre entière disposition …

Bon combat !

MERCI DE DIFFUSER…


source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/01/17/reponse-dun-homme-au-feminisme-lache/

 

Services sociaux   Asuivre : 280 000 hommes victimes de violence conjugale, en France : pourquoi un black out ?

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :