Feeds:
Articles

Posts Tagged ‘burkina faso’


Les Burkinabés victimes de violence conjugale ?

 


Un article de LeFaso.net ("VIOLENCES FAITES AUX HOMMES : Il faut briser le tabou")

« Je causais avec Guemsyaaba. Je lui disais ceci : « Tu sais, il y a un homme qui gémissait hier nuit dans une cour sous le mur de laquelle je dormais. Contrairement à ce que tu peux penser, c’est sa femme qui le bastonnait. » « Safouroulahi ! Ce n’est pas un garçon, celui-là ! Il fait la honte des hommes ! Ce sont les hommes qui battent les femmes. Pas le contraire ! » Je poussai un soupir. Guemsyaaba pensait comme la plupart des Burkinabè et même des Africains. C’est inconcevable pour eux qu’un homme soit battu par sa femme. Et les hommes le savent et pour ne pas être la risée de leurs camarades, ils se taisent et ne disent rien. Oui, des hommes, et il y en a beaucoup, qui sont victimes de violences conjugales de la part de leur moitié.

Et je l’ai fait savoir à Guemsyaaba. Ils sont copieusement battus et passent leur temps à expliquer leurs sparadraps et leurs yeux au beurre noir par des accidents inexistants, des poteaux et des murs drôlement aveugles et j’en passe. Mais il n’y a pas que la violence physique. Il y a celle morale, plus pernicieuse et blessante. « Imagine, dis-je à Guemsyaaba, une femme qui passe son temps à traiter son mari d’incapable, à l’injurier et à l’humilier en public parce que, par exemple, son « en bas » ne répond pas. Et il y a pire. Ces femmes qui, à force d’insister, de chanter dans l’oreille de leur mari qu’elles ne ressemblent pas à la femme d’un DG ou d’un ministre, finissent par envoyer le pauvre (s’il succombe) à détourner des sous. »

J’ai oublié de lui parler de ces filles issues de familles riches qui épousent des hommes pauvres et qui finissent par les étouffer avec leur richesse et leur arrogance. « Bon, pour le gars qui s’est fait bastonner, tu dis qu’il est petit non ? Coupa Guemsyaaba. Il ne pouvait pas prendre une femme aussi petite que lui ? C’est bien fait pour lui s’il est allé manger une mangue que son estomac ne peut pas digérer ! » Sur ce point, j’ai concédé à mon partenaire de causerie qu’effectivement, de nos jours, le mariage ne se fait plus comme avant. A notre époque, la fille proposée en mariage faisait l’objet d’une véritable enquête de moralité et les familles s’impliquaient dans le mariage de telle sorte que quand il y a un problème, ce sont les familles qui le réglaient.

Mais à l’heure de l’individualisme à outrance, il ne faut pas s’étonner de ce qui arrive. Et ce qui arrive, c’est que ces hommes victimes de violences se taisent, endurent dans leur coin et même s’il existe une association de défense de leurs droits et que le ministère des Droits humains se préoccupe de leur sort, ils préfèrent se morfondre dans la solitude. Et cela, par pur orgueil et compte tenu du contexte social. « Un contexte que tu as résumé, cher Guemsyaaba, par ton exclamation au début de notre discussion. Elle traduit la chape de plomb, le tabou imposé sur cette question. Pourtant, il est temps qu’il soit brisé, ce tabou. Une femme qui violente son mari gâche son foyer. L’éducation des enfants va en prendre un sérieux coup. Le foyer perd le nord et les enfants le sud. Le résultat est le même quand l’homme fuit la cour ou, pire, déménage totalement ou devient un coureur de jupons s’il ne finit pas par devenir un disciple de Bacchus. »

Alors, je dis à Guemsyaaba ce que je pensais : que les femmes mariées qui violentent leur mari, d’une manière ou d’une autre, sachent qu’elles ont des sœurs qui en cherchent vainement. Je demande aussi aux Burkinabè de briser ce tabou et de ne plus considérer les hommes violentés comme des ratés ou des veules. Cela permettrait peut-être à l’Association des hommes battus par leurs femmes d’être prise plus au sérieux et de défendre au mieux les intérêts de ces hommes et rendre plus visible la problématique des hommes victimes de violences au même titre que les femmes. Guemsyaaba a-t-il été convaincu ? Je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que Guemsyaaba et moi, c’est le même esprit dans le même corps. La folie a souvent sa logique que la logique ignore. (Le Fou) »

 

source : Lefaso.net

 

Que les Burkinabés se rassurent :

En France et au Canada, les hommes battus c’est aussi fréquent que pour les femmes (et un tabou également) …

 

270 000 hommes victimes de violences conjugales en France (l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 2010)

5,4% des hommes subiraient de la violence physique au Canada (Direction de la santé publique Canadienne, 2000)

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/04/08/debat-de-societe-au-burkina-faso-sur-les-violences-faites-aux-hommes/

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :