Feeds:
Articles

Archive for the ‘* L’EXCLUSION PARENTALE (Isolation puis Aliénation)’ Category


Non seulement victime d’une tentative d’assassinat, mais maintenant, on lui arrache sa fille !

« Témoignage d’un énième dysfonctionnement judiciaire, révoltant »

« Bonjour,

le 14.06.2012 : ma femme a organisé une tentative d’homicide volontaire en  bande organisée contre moi, le père de sa fille qui avait 4 ans à l’époque.

le 27.06.2012 : elle est placée en garde à vue puis en détention provisoire  jusqu’à ce jour. Malgré 5 demandes de mise en liberté, elle restera en  Maison d’Arrêt jusqu’au procès des assises qui débutera le 13 octobre au  TGI de Nanterre. Idem pour son amant et le tireur à gage.

Le 23.10.2012, j’ai fait un stress post traumatique qui a conduit un juge des enfants à placer ma fille immédiatement en famille d’accueil, refusant catégoriquement d’essayer de la maintenir dans son milieu naturel (j’ai des parents, 2 soeurs, des cousins, cousines…bref, une grande famille). Les paroles du juge ce jour-là : « allez, 6 mois ça passe vite ».

Depuis cette date, entre rapports mensongers, accusations de sévices sexuel contre moi, irrespect total du code civil, du code de procédure civile, du code de l’action sociale, etc. ma fille reste placée. Pourtant, le juge a sur son bureau 2 rapports très clairs qui concluent que ma fille n’a subi aucun sévice, qu’elle souffre du placement auquel il faut mettre un terme avant qu’il ne soit trop tard et que je suis tout à fait capable de m’occuper de ma fille. L’intérêt de l’enfant ne l’intéresse pas.

En revanche, l’intérêt étrange qu’elle porte pour ma criminelle d’épouse la conduit à construire coûte que coûte un dossier à ma charge qui sera utilisé aux assises. En clair : ce juge du civil pratique l’ingérance dans une affaire criminelle sans que ni le parquet ni le Ministère Public n’intervienne.

J’ai un dossier lourd et fort bien fourni sur les méthodes staliniennes de trio ase-jde-épouse. Il sera joint au dossier de l’affaire criminelle. Il est évident que le rôle que se donne ce juge sera dénoncé tout comme son immobilisme face à la souffrance d’un enfant.

Le dossier est lourd et pourra être livré à tout organe de presse ou association qui m’accompagnera dans ce combat pour la justice.

Je vous joins ici 3 documents : le reportage diffusé sur l’affaire criminelle, le rapport d’un expert psy commis par le JDE et le dernier rapport de l’ASE.

JE NE ME TAIERAI PAS ! » (Sylvain Lanvers)


« Un contrat de 20 000 € sur la tête de Sylvain Lanvers » (Sept à huit 25.08.2013)
« Deux semaines après ce qui a été qualifié de « tentative d’assassinat », la femme de Sylvain était arrêtée, mise en examen et écrouée. Elle est soupçonnée d’être l’instigatrice d’un plan machiavélique visant à éliminer un mari, dont elle était séparée, pour récupérer leur maison. Devant les enquêteurs de la police judiciaire des Hauts-de-Seine, elle a nié, puis concédé avoir voulu « faire peur » à Sylvain. Le tireur, un ouvrier de 38 ans, est mis en examen et incarcéré lui aussi. Il a avoué avoir accepté le contrat contre 20000 €.  » (Le Parisien 14.05.2013)


extrait rapport d’expertise (p9)

 


extrait compte rendu « d’assistante éducative » (Robineau)

 


Enlevée par les services sociaux

« A 16 ans, victime d’un placement abusif, elle raconte la souffrance de la séparation… »(…).

« Pendant 3 ans, j’ai souffert (…) Au bout de 7 mois de fugue, ils m’ont relâchés »

« Les éducateurs tapent les enfants (…) »

« Des enfants maltraités ils ne les placent pas, ils placent ceux qui sont bien avec leur parent : ceux là, ils sont enlevés. »

 

.

M. Lopez à propos des dysfonctionnements des affaires sociales et familiales :

 

A suivre : Les pros sonnent l’alarme ! A suivre : Services sociaux

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Publicités

Read Full Post »



La suite sur ComiteCedif ici

 


Et ailleurs ?

Les Services Sociaux : Aide Sociale à l’Enfance (ASE) : « 50% des enfants enlevés sans nécessité » :

 

Services sociaux Quelques articles au sujet des Affaires Sociales et de la maltraitance institutionnelle… qui amènent à la question suivante : Pourquoi ne pas mettre en place des solutions alternatives adaptées (assistance, suivi, thérapie, etc…). Et toujours cette même constatation : une confusion entre « principe de précaution » et « principe de protection »


« Pendant 3 ans, j’ai souffert (…) Au bout de 7 mois de fugue, ils m’ont relâchés »

« Les éducateurs tapent les enfants (…) »


En France, 68 000 placements enfants pourraient être évités, de l’aveu même de l’Inspecteur Général des Affaires Sociales


Les Services Sociaux anglais dressés aux quotas et à la prime de rendement sous Tony Blair ne se sont pas encore remis des habitudes prises dans l’enlèvement des enfants, arrachés sans ménagement à leur parents…

Reportage de Florence Bellone RTBF sur les enlèvements d’enfants par les services sociaux britanniques


« La brigade des mineurs m’a pris le plus petit samedi et l’a placé auprès de l’aide sociale à l’enfance. Depuis, il est à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (…)

J’ai été traité comme criminelle dans ce commissariat : cad ces 4 bonnets qui sont sortis sur leur vélo, ils m’ont pris mon fils samedi à 23H, de dos ! (…) Mon fils était endormi dans son berceau. Je me suis retourné, il n’y avait plus la poussette…. » (Mallaury Nataf)


En mai 1750, une rumeur persistante faisant état d’enlèvements d’enfants mis Paris en émoi. Les gens disaient que des agents de police déguisés s’emparaient d’enfants et d’adolescents et les envoyaient à l’Hôpital général. Des émeutes graves éclatèrent, des commissariats furent incendiés et des gardes tués. …


De nombreux témoignages rendent compte d’une situation catastrophique au Québec

Le témoignage suivant va bien au-delà de la maltraitance institutionnelle consistant à organiser la rupture du lien enfant-parent malgré les souffrances qu’elle induit sur ce dernier.

Si le moindre prétexte ou dénonciation calomnieuse suffit à la DPJ pour arracher des enfants à leurs parents, il n’en va plus de même dès lors que les sévices s’effectuent sous couvert de la DPJ.


« C’est très suggestif et souvent les parents qui sont confrontés à l’enquête sociale découvrent une réalité complètement déformée : c’est manipulé du début jusqu’à la fin ! » (Maître Jean Pannier)


Un enfant de 8 ans, placé sous la sous la responsabilité des services sociaux (ASE), est torturé et violé dans un foyer pendant des semaines

« « Au foyer de placement pour mineurs (à Roanne), un enfant de 8 ans subit les assauts répétés de son co-pensionnaire de 14 ans. Les responsables ne semblent pas s’en émouvoir outre mesure »»


Témoignage émouvant de Natacha, Maman handicapée, maltraitée, violée dans son enfance et qui maintenant continue une vie pénible alors que le calvaire aurait pu s’arrêter là. On vient de lui retirer ce qui lui était le plus cher : son enfant.

« Je me demande pourquoi on s’acharne comme ça sur moi ?» (Natacha)


« Ils m’ont reprochés d’avoir une relation trop fusionnelle » (Nathalie)

« Je voudrais que ces erreurs au niveau des enfants soient plus médiatisées (…) parce que ca faire énormément de dégâts dans une vie, dans la famille et ca aurait pu aller plus loin… »


Extrait du Rapport Associatif Relatif à la Protection de l’Enfance : « La protection de l’enfance telle qu’elle est mise en place concrètement par les Présidents des Conseils Généraux et appliquée par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), a donné lieu dans des cas trop nombreux pour être considérés comme exceptionnels, à des dérapages inacceptables et destructeurs remettant en cause les prérogatives parentales« .


(*) A propos des Services Sociaux

  • FRANCE : Aide Sociale à l’Enfance (ex. DDASS rebaptisé ASE après l‘affaire du Coral)
  • CANADA (Quebec) : Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ)
  • SUISSE : Service de Protection de la Jeunesse (SPJ)
  • BELGIQUE : Aide à la Jeunesse (AJ)
    • Service d’Aide à la Jeunesse (SAJ)
    • Conseil d’arrondissement de l’aide à la jeunesse (CAAJ)
    • Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse (CCAJ)
    • Tribunal de la jeunesse (TJ)
Site conseillé sur le sujet (Affaires sociales – ASE) Comité Cedif : http://comitecedif.wordpress.com/
.


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

comite cedif

L’ année 2014 a commencé par une bonne nouvelle pour les parents en Arizona, Jan Brewer, la   gouverneur républicaine (droite américaine) a annoncé une réforme fondamentale : la dissolution pure et simple du Child Protection Service, l’équivalent américain de notre « aide sociale à l’enfance ».

Les sévices sociaux ne doivent pas rester hors contrôle. Les sévices sociaux ne doivent pas rester hors contrôle.

Plus qu’une réforme, une révolution, puisque le nettoyage des lois relatives à la protection de l’enfance devait passer d’abord par la suppression de cette administration porteuse de nombreux scandales.

6 000 « dysfonctionnements »

Jan Brewer a ainsi rendu public plus de 6 000 cas d’abus sur enfants perpétrés par des géniteurs ou des membres de la protection de l’enfance sous forme de mauvais traitements ou de placements non justifiés. Des cas qui n’ont jamais fait l’objet d’enquêtes.

Comme en France, les services sociaux ont pêché aussi bien par refus d’intervention que par placements abusifs.

6 000 cas, le chiffre…

View original post 217 mots de plus

Read Full Post »


Mon garçon,.. "Ne pleure pas…"

« Chanson sur le thème de l’aliénation parentale »

«
Elle te fait dire des choses
Que tu ne penses pas
Des mots qu’elle t’apprend, qu’elle t’impose
Des mots contre papa
Avec cette peur qu’on suppose
Si tu n’obéis pas
Mais ne t’inquiète pas
Tout ça ne me touche pas
Rassure-toi
Je vis pour toi


Les jeux, les sorties, la guitare
Sont jugés mauvais pour toi
Et ton talent pour la musique
Devrait en rester là
Puisque quelque part dans tout ça
Il reste un peu de moi
Mais ne t’en fais pas
Tout ça ne m’atteint pas
Souviens-toi
Que je ne t’oublie pas

Mon garçon ne pleure pas
Non, je ne t’en veux pas
Le temps aura raison
De notre séparation

Elle a su te faire dire
Que tu n’aimes plus ton papa
Que tous ces moments passé ensemble
Ne comptent plus pour toi
Non c’n’est pas elle qui pleurera
Pour l’orphelin qu’elle fait de toi
Mais ne t’inquiète pas

Tout ça ne me touche pas
Rassure-toi
Je serai toujours là

Mon garçon ne pleure pas
Non, je ne t’en veux pas
Le temps aura raison
De notre séparation

Un jour, tu comprendras
Tu seras libre de tes choix
Et je sais que ce jour là
On se retrouvera.»

Éric Manceau


Quelles perspectives pour les parents exclus ?

Quels moyens d’action restent-ils
aux parents indûment séparés de leur(s) enfant(s) ?

.

 


« pères perdus »

Un documentaire qui permet d’apprécier la détresse dans laquelle se retrouve plongée certains parents séparés de leur enfant, …

 

nicolas_moreno_pere_1_jour_pere_toujours
…avant qu’ils n’en soient réduits à « monter sur des grues… »

« Comment se fait-il que vous soyez obligés d’en venir à de telles extrémités ?

« Je ne sais pas. Cela fait trois mois que nous bataillons (…). C’est une honte qu’on soit obligé de monter sur des grues pour être entendus ! On se met à genoux et on ne nous entend pas. Mais que faut-il faire ? » (Interview de Nicolas Moreno – source 17/02/2013)

En vérité, nous assistons à la montée d’une nouvelle forme d’exclusion, qui vise les pères, et atteint, bien évidemment les enfants » (Marianne – 19/02/13)

.

 

A suivre : Les pros sonnent l’alarme ! A suivre : Les articles best Of

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Droits de visites non respectés : La cour de cassation condamne l’Etat et dit le Juge pour enfants et le Juge aux affaires familiales fautifs d’avoir « commis un déni de justice » #jurisprudence

comite cedif

TGIUn jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris en date du 26 novembre 2013 (numéro de RG 12/09262) a attiré toute notre attention. Cette décision est importante car elle conduit à la condamnation de l’État suite à la demande d’un parent qui ne voyait plus régulièrement ses deux filles.

Le contexte de cette affaire est celui d’un divorce mouvementé avec accusations croisées des deux parents amenant à la mise en place d’une assistance éducative par un juge des enfants.

De son côté, le JAF attribue la résidence à la mère et un droit de visite médiatisé en espace rencontre auprès de l’association Tempo deux jours par mois pour le père pour une période de 6 mois.  À l’échéance fixée les droits de visite ne s’exercent plus et le père doit donc à chaque fois ressaisir le JAF.

Visiblement le principe même de ces visites est l’objet d’affrontements, le juge des enfants…

View original post 893 mots de plus

Read Full Post »


Un ancien magistrat battu par son ex-femme (7 jours d’ITT) est privé de sa fille (23 plaintes pour Non Représentation de l’Enfant)

«Je suis ancien magistrat et constate l’incapacité de la justice familiale à rendre la justice.

Je pense que je vais définitivement abandonner et laisser la justice ne rien faire… c’est ce qu’elle sait faire de mieux»

« Quelques dates :

  • 12 mai 2010 : Je suis signalé comme fou, délirant, dangereux (Mme -ancienne directrice d’IFSI [Centre hospitalier]– veut vivre une nouvelle vie personnelle) au JAJ
  • 21 mai 2010 : Enrôlement [Aliénation]
  • 21 juin 2010 : Ordonnance m’interdisant de voir ma fille « L’état psychique de M. X est au centre du débat… » écrit le JAF [Juge Aux Affaires Familiales] dans sa motivation. Je ne vois plus ma fille que tous les 15 jours dans un centre médiatisé. Mon ex-femme m’écrit « je t’ai puni… »
  • 6 avril 2011 : Sans que je le demande après enquêtes, expertises, le jaf se défausse et m’accorde un DVH libre [Droit de Visite et d’Hébergement] (J’habite à 300m de ma fille),
  • 30 mai 2011 : Mme me fait notifier le jugement par voie d’huissier.je respecte le jugement et suis agressé à plusieurs reprises en me présentant chez Mme pour prendre ma fille comme me l’impose le jugement.

25 000 plaintes pour NRE (+45% sur 10 ans)

Sauf s’il s’agit de gérer les séparations et divorces non conflictuels (ou sans enfant), il faut faire le constat d’une structure d’arbitrage qui n’est actuellement pas adaptée au conflit parental. Et il faut qu’elle le soit : car les enfants en sont les premières victimes

 


Le calvaire d’une femme battue

 

Un homme qui battait sa femme fait un virage à 180° après une EMI

.


280 000 « hommes battus » (ONDRP 2010)

« Des « femmes batteuses », ça existe ? » (…).

 

« 280 000 hommes victimes de violences conjugales en France (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 2010) »

« 5,4% des hommes subiraient de la violence physique au Canada (Direction de la santé publique Canadienne, 2000) »

 

 

A suivre : Les pros sonnent l’alarme ! A suivre : Qu’est-ce que la perversion ?

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


« Les jeudis muets – Moi, Fina, enfant du divorce »

 

« Depuis mon plus jeune âge j’ai su que j’écrirais mon histoire d’enfant du divorce et je me suis attachée, inconsciemment d’abord puis sciemment ensuite, à ne rien oublier pour la transcrire. Ceci était probablement dû à ma protestation d’être dressée contre mon père, aux droits confisqués, sans que je puisse m’y opposer. Mon projet m’a fait tenir…» (Sylvie Hippolyte)

 

« Ma mère ne prendra pas la succession de ses parents à la ferme, pas plus que son frère d’ailleurs : le métier de la terre tanne la peau, salit et casse les ongles. Belle et cultivée, le teint de porcelaine, les chevilles en fleur et les poignets perlés, elle attend celui qui lui permettra d’exprimer sa beauté et son intelligence. Jeune étudiant à l’École des arts et métiers, l’érudition sous le bras, les yeux de velours cerclés de fer, le sourire enjôleur, la taille serrée et ceinturée dans de larges pantalons, la démarche féline, mon père entre en scène. Il lui promet l’amour, le chic, la mondanité. La fille du pé Baray est particulièrement belle le jour où elle épouse celui qui fera d’elle une grande dame. Hélas ! le rêve ne dura que le temps d’une rose. Je ne connais pas les raisons qui ont fait basculer leur couple. Mais pour sa promesse éphémère mon père paiera. Elle lui confisquera ses trois filles, elle détruira en elles tout ce qui lui ressemble. Sa fille aînée lui servira à ajuster son processus de destruction chez ses deux autres filles. Ainsi, elle en tirera quelques avantages. La machine à tuer le père se met en place. Ma mère la caresse, la peaufine, en perfectionne tous les jours les rouages. La justice n’arrêtera pas le mécanisme, on ne confie pas les enfants aux pères, forcément moins capables de les élever. Jusqu’où fonctionnera-t-elle ? Elle contient de nombreux programmes. Pendant que les parents explosent de haine l’un envers l’autre, les coups pleuvent pour faire plier les deux rebelles, la mère toute puissante. Et ce père qui ne vient plus les voir ! Elles se cachent pour pleurer en silence. Heureusement que Mémé Charlotte, avec son bon patois du Pays de Caux, leur communique son rire et sa belle humeur ; heureusement que quelques enseignants, troublés par leur visage sombre, les incitent à se confier ; heureusement que des amis les aident à grandir. — Dis Maman, c’est quoi l’amour ? — C’est rien, petite sotte, ça n’existe pas, c’est une invention des gens. Leur amour a eu le temps de pénétrer au coeur des filles et les propulse dans la vie avec un tempérament de feu. Elles déposent un grain de sable dans le système et entament un long combat contre le processus de destruction, lequel laissera malgré tout d’irréversibles traces que leurs conjoints se chargent d’atténuer. Durant toute ma vie, je chercherai l’amour de celle qui fut ma mère. Arrivée à l’automne au calendrier de mes ans, je découvre que mes parents se sont aimés. Je suis née au Havre en 1950, issue d’une lignée de Hauts-Normands. Suite au divorce de mes parents, nos cinq vies ont basculé : la leur ainsi que celle de mes deux soeurs et la mienne. J’ai passé mon enfance entre une mère manipulatrice et motivée par une haine féroce envers son ex-conjoint et l’attente d’un père éliminé, considéré comme mort, dépossédé de son rôle paternel. Je me suis nourrie de lectures pour échapper au monde inamical dans lequel j’évoluais. La lecture m’a guidée naturellement vers l’écriture depuis mes treize ans. Mariée en 1972, je m’installe à Reims où naissent mes deux enfants. J’ai exercé le métier d’assistante sociale, en premier lieu au sein de l’association “Le Retour à Reims” puis à la Mutualité Sociale Agricole avec une interruption d’une dizaine d’années pendant lesquelles j’ai travaillé dans les services administratifs de cet organisme. Aujourd’hui retraitée, installée en Loire-Atlantique avec mon mari, je goûte la sérénité dans cette magnifique région. Qu’il s’agisse de la Côte d’Albâtre ou de la Côte d’Amour, la mer a toujours exercé sur moi une fascination, elle est aussi vitale que ma respiration. Depuis mon plus jeune âge j’ai su que j’écrirais mon histoire d’enfant du divorce et je me suis attachée, inconsciemment d’abord puis sciemment ensuite, à ne rien oublier pour la transcrire. Ceci était probablement dû à ma protestation d’être dressée contre mon père, aux droits confisqués, sans que je puisse m’y opposer. Mon projet m’a fait tenir..»

Pour commander sur autres.talents.frpour commander ou télécharger queques pages du livre :  autres.talents.fr

.


Qu’est-ce que l’Aliénation Parentale

« Les enfants détruits par l’Aliénation Parentale » (…).

« c’est une sorte de massacre avec les meilleures intentions du monde ! Chaque parent se dit désireux de tout faire pour leur enfant. Avec l’enfant que l’on dit vouloir protéger et qui est réellement esquinté.» (Paul Bensussan, expert national) »

A suivre : Une enfant aliéné devenue mère, demande des comptes A suivre : Renouer le lien parental


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Un enfant de 8 ans, placé sous la sous la responsabilité des services sociaux (ASE), est torturé et violé dans un foyer pendant des semaines

« Au foyer de placement pour mineurs (à Roanne), un enfant de 8 ans subit les assauts répétés de son co-pensionnaire de 14 ans. Les responsables ne semblent pas s’en émouvoir outre mesure »

« i-TELE vous révèle ce matin (21/01) cette affaire qui a eu lieu à Roanne (Loire) dans un foyer d’accueil pour mineurs. Un adolescent de 14 ans y a torturé physiquement et sexuellement son compagnon de chambre de 8 ans pendant des semaines. Tout cela à l’insu (?) du personnel d’encadrement de l’établissement..»

Le responsable du foyer, au téléphone d’i-Télé déclare : "Moi, je n’ai rien à vous dire… [Affaire criminelle entre mineur]"

Ah, bon ? Ils n’étaient pas sous votre responsabilité ?  Dans votre foyer, on peut y torturer : ce n’est pas votre problème ?

" Le calvaire du jeune garçon de 8 ans a duré 4 semaines. L’agresseur est depuis le 10 janvier dans un centre éducatif fermé dans l’attente de son jugement. Une information judiciaire est ouverte pour viol sur mineur de moins de 15 ans" (Francebleu)
 



"Un enfant de 8 ans torturé dans un foyer d’accueil" (i-Télé)

 


Extrait du Livret d’accueil du foyer au 23 janvier 2013 (PDF) _
Foyer d’Accueil et d’Observation (pour mineur) – FAO "La Livatte"
(144 bis rue Albert Thomas – 42 300 Roanne)
sous la responsabilité de François de Larebeyrette


Bernard Bonne, Conseiller Général de la Loire

"Le conseil général aurait décidé d’ouvrir également une enquête administrative avec la structure concernée pour vérifier le fonctionnement du foyer et peut-être par la suite en tirer certaines préconisations pour éviter que d’autres faits de ce genre puisse se produire" (FranceBleu) "Un travail au long cours" selon Jocelyne Moureau (Directrice de la protection de l’enfance au Conseil Général de la Loire)


« En France, 68 000 placements d’enfants pourraient être évités» (…).

« de l’aveu même de l’ancien Inspecteur Général des Affaires Sociales

«Pierre Naves, 5 ans après dresse le même constat ! [Et rien n’a bougé…] »

 

 

A suivre : Les pros sonnent l’alarme ! A suivre : Services Sociaux : "50% des enfants enlevés sans nécessité"

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :