Feeds:
Articles

Archive for the ‘souffrance’ Category


Message de l’Abbé Pierre (cf. videos ci-après)

Vis à vis des injustices, dans une société qui semble avoir perdu le fil des valeurs, sans attendre une improbable action d’une élite détachée de l’intérêt commun : chacun doit agir à sa mesure et ne pas laisser faire…

Quand la justice n’est plus capable de faire respecter un ordre moral, quand les représentants du peuple, les professionnels finissent par baisser les bras devant la tâche à accomplir ; quand la justice finit par même venir assister l’ordre immoral…

Quoi Faire ?

Il y a alors deux choix qui s’offrent aux opprimés directs ou indirects : se recentrer uniquement sur leur propre souffrance sans savoir où canaliser l’énergie ou bien ajouter encore la souffrance de tous les autres et utiliser toute cette énergie pour rétablir les valeurs dans le bon sens, à son niveau, avec ses moyens et à son propre rythme.

S’il n’y avait ne serait-ce que 1% de tous ceux qui souffrent qui tenteraient de redresser un système qui de toute évidence marche sur la tête, alors l’ignorance et la perversion ne seraient plus les principaux moteurs d’un système persévérant dans la décadence.

Et quand bien même, ce qu’il adviendra serait inévitable, parmi qui l’on veut être compté ? Ceux qui nous mènent dans le mur ? Ceux qui laissent faire ? Ou ceux qui posent une pierre, puis une autre, puis une plus grosse : Et qu’importe s’ils ne sont pas suffisamment nombreux ou que ce délabrement ait atteint un point de non retour : pourvu qu’il ne soit pas comptés au nombre des deux premiers groupes…

Nous avons une vie, et un libre arbitre. A chacun de choisir ce qu’il veut faire ou ne pas faire ou même se complaire dans l’ignorance à ne rien faire, revêtant ces belles œillères pour croire plus tard pouvoir se dire en bonne conscience : je ne savais pas et dire « Attendez-nous afin que nous prenions de votre lumière…. » Mais qu’ont-ils fait pour s’instruire ? Ne savaient-ils pas lire ? Etaient-ils trop occupés à de plus louables tâches ? Avaient-ils un coeur hypocrite ?

« On n’est jamais heureux que dans le bonheur qu’on donne. Donner, c’est recevoir » (Abbé Pierre)


« Vivre c’est apprendre à aimer » (Abbé Pierre)

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/09/11/face-a-linjustice-chacun-doit-pouvoir-agir-a-sa-mesure/


A 5 ans seul dans la rue…

« A 5 ans, seul et dans la rue… il chante parce que “ca rend le joyeux » (…).

« Avec la crise, ce sont maintenant les enfants qui sont abandonnés … S’est-on jamais imaginé soi-même, être à la place d’un enfant de 5 ans, seul, livré à lui même, au choc de l’abandon, au désespoir, au danger … ?»

 

.

A suivre : 34 % des enfants du divorce ne voient plus jamais leur père ! (INSEE) A suivre : Les articles best Of


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Publicités

Read Full Post »


Abandonné, il vit seul et dans la rue depuis l’age de 5 ans, à vendre des sodas…

 

Avec la crise, ce sont maintenant les enfants qui sont abandonnés … S’est-on jamais imaginé soi-même, être à la place d’un enfant de 5 ans, seul, livré à lui même, au choc de l’abandon, au désespoir, au danger … ?

Ci-après l’histoire d’un garçonnet coréen abandonné dans de telles circonstances, il a maintenant 22 ans…

Un enfant coréen qui vivait dans la rue depuis l’âge de 5 ans, après avoir été battu, vendu, … a fini par vendre des sodas à la sauvette et dormir sur des marches ou dans des toilettes pendant plus de 10 ans.

Entre temps, dans un night club, il est ému par un chanteur qui chante "avec sincérité"… Il se met à chanter lui aussi parce que "c’est ce qui le rend joyeux"… Et fini par être auditionné par le "Korea’s Got Talent"…

 

 


Avec la crise, de plus en plus de Grecs ne parviennent plus à nourrir leurs enfants et décident de les abandonner (…).

Un reportage du Courrier International. (…) Des familles monoparentales “Il y a encore deux ans, 95 % des admissions dans nos centres d’accueil concernaient des cas de mineurs maltraités”, explique Marine, qui travaille depuis dix-neuf ans dans un centre d’accueil pour enfants en détresse à nos confrères du site internet Courrier International. “Alors qu’aujourd’hui, la moitié des demandes vient de parents très pauvres. Huit fois sur dix, ce sont des familles monoparentales qui n’ont pas de parents autour d’eux”, a-t-elle continué. (…)

 


Une chienne vivant dans une ferme au Ghana vient de gagner le statut de héros après avoir recueilli et protégé toute une nuit un nouveau né humain de 2 semaines qui avait été abandonné.

On n’a jamais été aussi proches du mythe de Romulus et Rémus, ces deux frères abandonnés et recueillis puis élevés par une louve. Le propriétaire de la chienne, qui s’inquiétait de ne pas l’avoir vue rentrer à sa ferme, a organisé une battue pour retrouver sa fidèle amie. Le fermier et ses amis ont passé une bonne partie de la nuit à chercher dans les champs, dans les bois… Rien (…)


Accouchement sous X : Peux-t-on se construire quand on ne sait pas d’ou on vient ?

En France, 400 000 personnes ne connaissent pas leurs origines et chaque année, 600 accouchements sous X sont recensés dans l’Hexagone. Il est difficile de se construire quand on ne connaît pas ses parents biologiques. (…)

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/08/07/a-5-ans-seul-et-dans-la-rue-il-chante-parce-que-ca-rend-le-joyeux/

A suivre : Le système éducatif contraint-il la créativité ? A suivre (article connexe) : Un bébé avorté, se lève et témoigne !

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Psychiatrie : La mise sous drogues des enfants est une industrie de 4,8 milliards de dollars.

« 20 millions de gamins et d’adolescents (1 sur 4 env.) sont étiquetés avec des “troubles mentaux” qui sont basés uniquement sur une liste récapitulative de comportements. »

« Il n’y a pas d’examens du cerveau au scanner, pas de rayons X, pas de tests génétiques ou sanguins prouvant qu’ils sont “malades mentaux”, et pourtant ces enfants sont stigmatisés pour la vie avec des troubles psychiatriques, et on leur prescrit des drogues psychiatriques dangereuses qui mettent leur vie en danger. La mise sous drogues des enfants est une industrie de 4,8 milliards de dollars. Voici les faits sur cette industrie qui génère des milliards de dollars en étiquetant et droguant les enfants pour le profit. »

source : http://frederic-grossmann.fr/spots-dinformation/

Aux USA (qui semble avoir abusé depuis bien trop longtemps de ces posologies ou du fluor ?), Le département de police détache 1 unité d’intervention (SWAP) afin d’encercler une habitation et ainsi convaincre une mère de donner la posologie à sa fille !? (l’histoire ne dit pas quel est le service pour les enfants qui refusent de manger leur soupe ?)

Le DSM-5 décrédibilisé par la main mise des dealers de psychotropes

Dérives aux USA ?  « Psychiatrie – La vérité sur ses abus » + d’infos : http://www.ccdh.fr

 

A suivre (article connexe) : Enfermements psychiatriques de militants pacifiques A suivre (article connexe) : Pourquoi les enfants séparés souffrent


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Read Full Post »


Accouchement sous X :
Peux-t-on se construire quand on ne sait pas d’ou on vient ?

 

Accouchement sous X :
Peux-t-on se construire quand on ne sait pas d’ou on vient ?

"Documentaire extrait de l’émission "ça nous ressemble" présentée par Julie Taton sur TMC, diffusé le samedi 4 juin 2011 à 20h40 et le samedi 18 juin 2011 à 22h40.
Témoignages poignants d’Audrey, née sous X, de Julien, un papa qui se bat pour récupérer sa fille, et de Louisa, une mère qui regrette d’avoir abandonné sa fille 30 ans auparavant.


Services sociaux
En France, 400 000 personnes ne connaissent pas leurs origines et chaque année, 600 accouchements sous X sont recensés dans l’Hexagone. Il est difficile de se construire quand on ne connaît pas ses parents biologiques. "


Réalisation : Nabyla Zaknoun pour Réservoir Prod’. Les images sont la propriété de TMC – Gallery Prod. 

Source : Merci à Audrey Herpe ("X en colère") – Manifeste contre l’accouchement "sous X"

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/06/07/accouchement-sous-x-et-apres-le-droit-de-savoir/
 

A suivre (article connexe) :
"L’histoire déchirante d’enfants grecs abandonnés"
Dossier : La souffrance des enfants séparés

 

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


De la nécessité de la présence paternelle, notamment dans la construction psychologique de l’enfant mâle

 

«(…) LE PERE ET LE FILS (extraits)

Les pères n’imitent pas les mères dans leur prise en charge de l’enfant. Ils sont différents, ils sont hommes et pères.

(…)

C’est au cours des deux premières années de leur existence que les garçons ont absolument besoin de leur père.

Chez les enfants n’ayant pas eu la présence du père durant ce temps on relève parfois les mêmes développements atypiques que chez les orphelins placés en foyer d’accueil ou chez les fils de famille monoparentale élevés en vase clos et manquant de substituts paternels. 

Les hommes aussi peuvent allaiterChez certains fils sans père on peut retrouver une déficience sur le plan social, sexuel, moral ou cognitif.
La présence corporelle du père auprès du fils lui donne la possibilité d’aimer d’abord sa mère et plus tard de désirer la femme plutôt que de la redouter ou de la mépriser.

(…)

Le désir d’amour du fils en mal de père absent, indifférent ou humilié, ou nié par la mère, peut se manifester dans :
– Les tentatives de suicide
– Les fugues
– Les troubles psychosomatiques
– les paroles culpabilisantes, les manipulations perverses.

Plus les manques se feront sentir à cause de l’absence du père et plus ces manques seront compensés par une idéalisation inconsciente. Par ex : le fils idéalisera le père, ou le recherchera dans un autre homme en lui donnant la figure d’un père idéal. Il sera hésitant dans ses désirs, ses décisions, il aura une mauvaise évaluation de ses semblables et se retrouvera souvent trahi par ceux qu’il croyait être de bons pères de remplacement.

A l’adolescence il pourra présenter une confusion par rapport à l’identification sexuelle avec une féminisation du comportement.
– Estime de soi défaillante
– Agressivité refoulée d’où difficulté d’affirmation, d’ambition, et de curiosité exploratoire
– Blocages en ce qui concerne la sexualité
– Problèmes d’apprentissage
– Difficultés à assumer des valeurs morales, à prendre des responsabilités, à intégrer le sens du devoir et les obligations envers autrui
– Difficulté à assumer ou accepter l’autorité

(…) –> Source & article complet sur jafland.info

 

 

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/05/19/les-consequences-de-labsence-du-pere-chez-lenfant-male/

 

A suivre sur ce sujet et sujets connexes :

Services sociaux   A suivre : Citations (expertises) sur la souffrance de l’enfant séparé

 

 

 

 

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


« C’était une agonie, interminable, lancinante, elle me mangeait mon souffle, ma vie, telle une grangrène qui s’étend et s’empare de moi peu à peu sur tout mon corps, ma peau, mon âme .Cette femme m’a sûrement sauvé la vie, juste à temps. Un miracle de la vie, une fonctionnaire publique, dans un instant de grâce, prend la juste initiative et réalise le plus cher de mes vœux, même pas imaginé ! »

 

(…) “J’étais caché derrière le mur, à l’angle de son école. Je faisais 160 kms juste pour apercevoir furtivement son visage, ses yeux, éventuellement son sourire, ses rires au milieu de ses amies tout en tentant d’éviter que nos regards ne se croisent sinon elle en serait fâchée et je perdrais le bénéfice de mon voyage jusqu’à elle. Quelques secondes de bonheur, pour réoxygéner mon cœur et pouvoir rester en survie, la tête hors de l’eau. Ma fille, ma petite étrangère, continuait sa vie et profitait de son bonheur d’ado avec ses copines de classe.

Je ne l’avais plus vue depuis plusieurs mois, je me décidai de partir sur ses traces au marché local un nouveau samedi matin, car le précédent j’avais échoué. Soudain, en marchant dans une rue voisine à sa maison, je vis une petite jeune fille marcher devant moi, et au bout de 150 mètres que ne fut ma surprise, je fus stupéfait: ce n’était pas une jeune fille anonyme, c’était incroyable, elle était là, à marcher devant moi, …c’était ma fille ! Elle avait tellement grandi, changé, en si peu de temps pour elle, bien que long pour moi. Elle avait quitté ou perdu son allure et son aspect d’enfant; elle avait franchi la frontière de l’adolescence et un début de féminité s’emparait de ma petite fille! Je n’avais pas pu assister à ce basculement vers une grande et unique étape de la vie de ma petite fille mais je la découvris, impuissant, comme un étranger, que j’étais devenu par la seule volonté de sa mère avec la complicité de la Justice de mon pays, qui ne se ravisa que trop tard.
Ainsi je n’assistai pas à la fin de l’enfance de ma petite fille et elle devint jeune adolescente loin de ma vie, contraint d’être écartée de celle de ma petite fille.

Je n’avais pas beaucoup de nouvelles, d’informations sur le bonheur ou non de ma petite fille, sur sa vie. Je décidai de créer un pseudo anonyme sur le net et de tenter le pari fou de “tchatter” avec ma fille via le web. DJ Greg, 15 ans, était né. Et là ce fut un voyage extraordinaire jusque dans l’univers de ma fille! Je réussis à me glisser dans ses amis sur les chats Caramail à l’époque très en vogue sur le net et ce fut le début d’un périple dans le cœur de ma petite fille. C’était pour moi le seul moyen pour vivre un peu de ma vie de père, démolie, anéantie par mon ex-compagne qui voulut ainsi se venger et me faire payer mon choix de me séparer d’elle.
Presque chaque soir, ou 2 ou 3 fois par semaine, je lisais les humeurs de ma fille et peu à peu dialoguai avec elle et découvris qui elle était devenue, comment elle vivait, ce qui faisait ses bonheurs, ses joies et ses questions et soucis. Je pus vérifier qu’elle ne se droguait pas, était “raisonnable” dans ses relations amoureuses alors à 15 ans. Je participai même quelques mois à sa vie, partageai ses questions, donnai quelques avis et conseils…
Cette période me procura un profond bonheur, de connaître enfin à nouveau ma fille et participer à sa vie, même si c’était anonymement et par voie détournée, et que je décidai d’assumer, tellement pour moi cela était bénéfique et pour elle quasi inoffensif voire utile et agréable …jusqu’au moment où elle eut un doute apres 3 mois et où je décidai, devant sa question, d’avouer l’”imposture …par amour” et où elle, dieu merci, comprit ma démarche tout en arrêtant alors quand même la poursuite du dialogue et peut-être intégra aussi cela comme le témoignage de mon amour pour elle…

Je fus sur un nuage pendant presque un an grâce à ce moment de “passe-muraille”…

J’étais comme sorti de prison et pus ainsi regoûter à la vie, tout comme lorsque mon fils accepta de me voir en cachette de sa mère et de sa sœur 2 ans plus tôt

Je venais chaque semaine à la sortie des cours pour tenter de voir mon fils, plusieurs fois en vain. Jusqu’au fameux jour où une éducatrice de l’école, au courant de mon problème, décida d’aller chercher mon fils en cour de récréation pour l’obliger à la suivre et l’enfermer dans un local …avec moi ! Incroyable initiative ! Et combien salutaire pour lui et moi ! J’étais plongé depuis un an dans un désespoir le plus noir, hurlant parfois la nuit de douleur, véritablement comme un loup… Avec l’envie de me jeter dans le fleuve qui coulait le long de ma fenêtre ! Que de nuits de cauchemars, de chagrins immenses, qui déchiraient mes entrailles et mettait mon cœur en lambeaux. Nuit après nuit, le chagrin s’emparait de moi et me coulait…

C’était une agonie, interminable, lancinante, elle me mangeait mon souffle, ma vie, telle une grangrène qui s’étend et s’empare de moi peu à peu sur tout mon corps, ma peau, mon âme .
Cette femme m’a sûrement sauvé la vie, juste à temps. Un miracle de la vie, une fonctionnaire publique, dans un instant de grâce, prend la juste initiative et réalise le plus cher de mes vœux, même pas imaginé !
Et ce fils, tant chéri, enfant, tellement aimé, qui soudain franchit le gué et vous tend la main et vous la demande sans doute aussi. Une heure de discussions, de réapprivoisements et un renouveau de notre relation: mon fils accepte une reprise de contacts mais à la condition que ni sa maman ni sa sœur ne soient au courant. Je comprends et vivrai plusieurs mois de renaissance si heureuse, de sauvetage de ma vie, de bonheur retrouvé. Mon cœur recommençait à battre …mes poumons reprenaient de l’air, mes yeux resouriaient enfin…

Je me rappelle de mes venues sur leur ville et mes rencontres avec mon fils, de ci de là, aux hasards de ses disponibilités, de ses envies, souhaits… Je me rappelle de cette complicité certes fragile mais retrouvée, je me rappelle de ces échanges par email, de ces bulletins et résultats scolaires communiqués par internet par mon fils, je me rappelle de cette vie retrouvée, de ces respirations de bonheur, de cette redécouverte de la vie et du bonheur !

Merci à mon fils, merci à cette éducatrice scolaire qui alla le rechercher pour le rapprocher de moi

Plusieurs années avaient passé, sans le revoir, sans partager, sans le connaitre, juste à savoir, en lisant clandestinement sur le net le blog de ma fille, que la drogue était entrée par sa porte, que l’instinct de mort rôdait autour de lui… Un soir je tentai une nouvelle fois de le revoir, et la chance me sourit, après plusieurs tentatives vaines, la voiture de sa mère n’était pas là: j’allai sonner à la porte, il l’ouvrit, méconnaissable, la mine patibulaire, les traits tirés, les yeux hagards, la détresse personnifiée: était-ce bien lui ? Que lui était-il arrivé ? De quel voyage dramatique revenait-il ? Celui de la toxicomanie dit-on !

Il me dit: “ne reste pas ici, ma soeur est là, va m’attendre au coin de la rue, face à la grille, j’arrive…”. Il y avait presque 3 ans que je ne l’avais plus vu, qu’il n’avait plus voulu me donner de ses nouvelles, ou quasi plus.

C’est en surfant sur le net, sur les blogs de ma fille, que je découvris qu’il allait mal ; elle avait glissé une petite phrase que j’avais pu découvrir en traquant comme à mon habitude ses messages et commentaires sur le net

Nous traversâmes la grille, j’ouvris la porte, il me dit: “Non, n’allume pas la lumière stp” et il me parla 15 secondes, et s’effondra

Je reste blême, tétanisé, dans l’obscurité, ne voyant pas mon fils, mais plongé dans ses larmes, son effondrement, son désemparement

J’étais glacé, submergé par sa douleur

Je devais partir en Nouvelle-Guinée la semaine suivante…

Je discutai, reserrai les liens ténus, ouvris la perspective de l’inviter à me rejoindre là-bas cet hiver-là s’il le souhaitait mais cela paraissait totalement irréaliste, donc au moins reprendre le dialogue par internet, ce qu’il approuva…

J’étais en Nouvelle-Guinée, j’avais proposé à mon fils de m’y rejoindre, mais sans y croire

Un jour, un message sur internet m’arrive …

Stupéfaction ! Miracle ? Mon fils m’annonce vouloir me revoir après 3 ans et alors que je vivais en France comme lui

Il me dit, alors que je suis en Nouvelle-Guinée, venir me rejoindre !
Je suis stupéfait ! Comme KO debout ! Mais de bonheur et avec la difficulté de le croire, de croire cela possible

Était-ce possible ? Allait-il y arriver, lui que j’avais vu si mal 2 mois plus tôt ?!

Il était onze heures le matin, j’étais en Nouvelle-Guinée, sans dormir depuis deux jours, et même depuis plusieurs années, de l’extérieur j’implorais du regard l’entre-deux portes du hall de l’aéroport de Port Moresby, je visais du regard l’espace vide depuis 30 minutes…
Minute après minute, mon souffle devenait plus court mais en même temps un immense espoir était présent…
Déjà la nuit précédente, j’avais attendu, vu la file de passagers arrivant, jusque finalement à la fin interroger les derniers. Rien.
Ensuite, l’ordinateur de la compagnie aérienne semblait lire son nom mais à propos d’un surbooking.

Soudain, un jour plus tard, le miracle était là, en rouge, un Kway, des yeux curieux apparaissaient et un sourire de satisfaction et de bonheur déjà complice venait emplir mes yeux et mon cœur après tant d’années de traversée de désert, pour lui et pour moi, différentes mais finalement reliées : mon fils était là, il était venu me rejoindre …et à plus de 10.000 kms de chez lui et de sa mère ! Directement et comme si rien ne nous avait séparés, le feeling était là, une complicité presque naturelle. Il était venu, il était là devant moi: chose encore inimaginable pour moi il y avait à peine 3 mois !
J’étais inondé par le bonheur et rien là sur place ne pouvait me le retirer pendant plusieurs jours, même deux longues semaines ! Il avait fait les démarches de visa, de billet d’avion, de planification alors que sa santé était précaire. Il avait pris cet avion, même avec report et transit imprévu à Singapour.
J’étais soudain comme Moïse traversant au milieu de la mer dont les vagues s’écartaient pour pouvoir rejoindre …mon fils !
Jamais je n’oublierai ce jour, jamais ! Ces retrouvailles toutes simples et humaines, affectueuses, entre père et fils. Un grand moment, un des plus grands pour moi.
Et cela en cachette de sa mère, appris-je alors, et de sa sœur.

La perte de contacts avec mes enfants m’avait plongé dans le plus profond des désespoirs. J’en étais évidemment moralement et aussi physiquement très affecté. Des nuits de douleurs, de désespoir lancinant, de chute comme dans un abîme, de vertige si douloureux. Certains jours, au travail, j’étais prêt à m’effondrer littéralement sur mon siège. Universitaire, j’avais droit à un bureau pour moi seul. Mais la porte était vitrée et transparente et je devais veiller à ne pas laisser paraître mon désarroi. Des mois et des années, en tout 6 années, je me suis retrouvé trop triste et désespéré que pour retenir mon chagrin, mon corps et mon cœur qui s’affaissaient, qui m’échappaient: je sentais alors que des larmes allaient s’échapper, je tentais de me ressaisir mais la tristesse, le chagrin étaient trop grands, emplissaient mon coeur et mes yeux allaient déborder. Je ne pouvais plus les contrôler, me contrôler, alors je me retournais de profil ou de dos par rapport à la fenêtre pour que des collègues ne me voient pas sangloter. Je faisais comme regarder mon écran d’ordinateur et les larmes coulaient et coulaient, je restais comme stoïque, visage fixe devant l’écran, tout s’embuait, comme ma vie qui n’était devenue qu’un chagrin. Mes enfants ne savaient rien de mon chagrin, je subissais cette torture seule, comme ces prisonniers en isolement. Mois après mois, et ensuite, des mois si longs que année après année, je respirais à peine, je souris à peine, mes yeux étaient marqués au fer du chagrin, de l’absence de mes enfants, que j’avais pourtant tant choyés et qui m’étaient aussi si attachés.
Je tentais alors de respirer, devant mon ordinateur, j’ouvrais la bouche pour aller chercher de l’air et que celui-ci remplace et repousse les larmes…
(…)

[La suite ici]

 

source : "récit d’un drame de l’aliénation parentale" ( recitalienationparentale.wordpress.com/ )

 

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/05/02/un-pere-sauve-in-extremis-par-une-educatrice/

 

Thèmes connexes :
Alienation Parentale Parent zombie aliéné target cible Souffrance des enfants séparés, séparation Parent pervers , perversion , sadisme

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Témoignage : "Revivre après l’aliénation parentale" (Claire, 43 ans, Directrice d’école maternelle)

« Claire a vécu toute son enfance, choyée par sa mère en qui elle avait une confiance absolue et qui a représenté "son unique modèle parental". Elle n’a aucun souvenir d’enfance de son père ! Ses parents s’étaient séparés alors qu’elle avait à peine deux ans. Elle ne se rappelle que de nombreux déménagements…


Alienation Parentale
Claire a grandi dans un climat ou son père a été représenté comme irresponsable et démissionnaire , ne s’étant (prétenduement) jamais occupé de savoir ce qu’elle devenait ou s’être soucié de verser quelque contribution financière que ce soit. Sa mère a fait régulièrement observer à son enfant qu’elle n’avait pas refait sa vie pour se consacrer à l’épanouissement et à l’éducation de son enfant !

Claire n’a pas été intéressée par les garçons à l’adolescence.

Après sa majorité, Claire recherche son père pour connaître les raisons d’une telle démission / abandon, alors qu’elle débute des études en psychologie.

Son père lui confie alors alors un énorme dossier de procédures familiales…

Claire découvre que son père a en réalité toujours versé une pension alimentaire pour sa fille et qu’il s’est battu pendant de nombreuses années pour tenter de revoir sa fille, ayant finallement été contraint de cesser toute procédure ou recherche du lieu ou vivait sa fille, ruiné par ces démarches.


Parent pervers , perversion , sadisme
En découvrant ces années de mensonges, tous les repères de Claire s’effondrent et elle fait une grave dépression. Arrêt des études, travail psychologique sur soi, découverte d’une vie non formatée (sorties, voyages, rencontres amoureuses).

Claire a aujourd’hui deux beaux enfants équilibrés et un époux qu’elle décrit comme très présent, compréhensif et participant à toutes les taches éducatives et domestiques.

Elle est directrice d’école maternelle et a une vocation prégnante pour la petite enfance.

Ses relations avec sa mère se sont gelées, pour reprendre sa propre expression. Il n’a jamais été possible de construire un lien avec son père malgré un souhait et de nombreuses tentatives réciproques ( "nous sommes restés étrangers l’un à l’autre mais nous nous tenons au courant régulièrement des événements de nos vies" )

 

 

source : Témoignage & rédaction par Gérard REVEREND (Président de l’Association [Les Papas = Les Mamans])
 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :