Feeds:
Articles

Archive for the ‘lettre ouverte’ Category


Une fille devenue mère témoigne sur la manipulation qu’elle a subie l’amenant à rejeter son père : l’Aliénation Parentale

 

Le témoignage d’une mère victime de la perversion de son propre parent quand elle était enfant.

Qu’il s’agisse d’un père ou d’une mère, excluant puis manipulant l’enfant et dénigrant l’image de l’autre parent, le résultat est le même : un coeur brisé et l’enfant devenu adulte qui continue d’en porter les stigmates… Il est né en aimant spontanément ses parents. Qu’arrive-t-il quand on lui apprend à ne plus aimer, voire à haïr…

« J’ai 30 ans, je suis une femme mariée, maman de 2 enfants.

Je suis une de ces enfants aliénée.

J’ai 1 an et demi quand mes parents divorcent. Mon père avait rencontré une autre femme. Toute ma jeunesse, j’ai entendu inlassablement ma mère me répéter que mon père était lâche, qu’ils nous avaient abandonnés, qu’ils ne payaient pas de pensions alimentaires, j’en passe. Chaque fois que je faisais quelques chose de mal, j’étais mon père, ma beauté c’était sa mère à elle…

J’ai été chez lui petite, je lui faisais les pires crasses (bruler ces vêtements, a lui et sa femme, volé ces affaires, abimer en cachette pour lui laisser la découverte..) avec mes grands frères et sœurs. Quand nous rentions, nous disions a ma mère ce que l’on avait fait, elle était heureuse, nous aussi, nous l’avions vengé.

Et puis je ne sais pourquoi, je n’ai plus vu mon père, lui a cherché à me joindre mais je l’ai rejeté. Mon papa est décédé depuis, et je me rends compte depuis quelques années qu’il était gentil et surtout qu’il nous aimait. Mon premier travail était de lui pardonner, car oui je lui en voulais!!?

Et seulement maintenant j’en veux a mort a ma mère de ce qu’elle ma fait, elle m’a volé mon père. Je ne souhaite plus la voir, elle ne s’en doute pas encore.

Ma mère m’a retiré toute empathie, je me dis seulement en lisant les témoignages que cela a du être dur pour mon père que je n’ai jamais appelé « papa » de son vivant! En fait je me retrouve comme une c… un pantin orphelin, désordonné, plein de troubles que j’essaie de soigner sans succès!

Je n’aime plus ma mère, je me rends compte de son pot aux roses, avant elle était tout pour moi, mère courage et exemplaire, et en fait je me rends compte que la haine et la vengeance sont passés avant moi…

Je souhaite bon courage a tous ces pères et leurs familles, un conseil, n’abandonnez pas, ce qui m’a permis de me dire qu’il y avait un soucis c’est que l’on ma rapporté que mon père venait m’observer très souvent en sortie d’école, donc il m’aimait, donc il y avait eu un bug dans l’histoire.. C’est long mais ne lâchez rien.

Aux professionnels, j’espère qu’ils ne seront plus dupes, personne n’a décelé qu’il y avait un problème de mon coté. Commencer à reconnaitre qu’il y a un problème c’est déjà avance.

Aux mères qui font cela, vous n’êtes pas des mères.

Aux autres enfants comme moi, bon courage, nous seront de plus en plus nombreux….» (Anonyme)

Aussi, de compléter :

Aux pères ou mères, (et à tous ceux, complices ou actifs), dans la maltraitance, qui persévèrez dans votre sadisme, vous réfugiant dans le déni des souffrances, pseudo-protecteurs ou protectrices hypocrites, tandis que vous infligez ces souffrances aux enfants (à vos propres enfants !), en brisant là, un lien sacré, en étouffant un amour véritable, en arrachant l’enfant à son parent aimant. Vous, pervers, insensibles intransigeants et ignorants,… repentez-vous sinon craignez un terrible châtiment..

Merci pour votre témoignage

et ainsi, de faire avancer la cause des enfants qui souffrent (pour qu’enfin, cela s’estompe…) (Préparez-vous à accepter le repentir de votre mère s’il est sincère.) Merci

 


La souffrance de l’enfant séparé

« L’enfant aime de manière innée. La séparation du lien enfant-parent quand elle s’opère est la première déchirure. »(…).

Si la souffrance de l’enfant est négligée et qu’elle est intense par le fait d’une exclusion parentale, l’enfant va apprendre à se durcir, à ne plus aimer.

 


 

The Lighthouse, une animation sur le thème de la paternité

34% des enfants ne voient plus jamais leur père (INSEE)

 


(Autre témoignage)

« Les mêmes vies…..gâchées par des « folles » egoïstes !

J’ai 39 et maman de 2 ados extra de 17 et 20 qui connaissent tout de ma vie. J’ai cherché longtemps d’où venait mes problèmes…dépression, alcoolisme, scarifications et j’en passe…merci pour cette héritage sublime « maman » ….

J’ai même laissé mourir mon père seul alors qu’il vivait à 2km de chez moi…. J’emmenais mes enfants le voir a l’hôpital mais moi je restais dans la voiture. Je me suis infligée des peines qui ne s’effaceront jamais.

Tout cela a cause d’une femme qui a fait de moi l’objet de sa haine d’un homme et des hommes en général….39 ans et je ne sais pas encore qui je suis mais je me bats chaque jour pour le savoir. C’est tellement dur de se construire seule quand une personne a depuis votre naissance a brisé tout ce que vous auriez dû être.

Quel gachis. » (Sandrine G.N.)

 


 

F.R.A.P (Québec) 2010 Final Aliénation Parentale


(Autre témoignage)

« Une fois devenue adulte…comment peut-ont accepter ce qu’on a vécu? Comment passer à autre chose?!

J’ai été victime d’aliénation parentale dans mon enfance, j’ai choisi de tout refouler, de tout oublier…de ne plus y penser. Je suis allée jusqu’à fuir complètement, en déménageant très loin dès que j’ai eu 17 ans.

J’ai eu un parcours de vie très mouvementé, sans jamais vraiment réaliser d’où venait mon mal-être…jusqu’à aujourd’hui…à 28 ans. J’étudie en travail social et on a eu récemment un cours qui abordait le sujet de l’aliénation parentale. Le seul fait d’en entendre parler m’a déchiré le cœur et à la fin, j’ai éclaté en sanglot dans la classe. Rien n’est réglé et je ne sais pas quoi faire. Dois-je haïr ma mère pour ce qu’elle à fait? Elle que je n’ai jamais su confronter…devrais-je justement la confronter ? En ai-je réellement la force?

Je n’ai heureusement jamais complètement rompu le lien avec mon père et aujourd’hui j’essaie de le solidifier encore plus, car je l’ai longtemps perçu comme étant un pur étranger, je commence seulement à me sentir plus à l’aise avec lui.  » (Anonyme – 22/10/2014)

Notre réponse :

Il faut condamner les actes mais les personnes seront jugées plus tard. D’ici là, chacun est libre de se repentir … ou pas. Redoubler d’Amour et en particulier, envers votre parent aliéné, sera la meilleure compensation et la plus belle revanche face au manque dont vous avez souffert. Dénoncez puisque vous comprenez mieux que quiconque cette souffrance et la détestation qu’elle porte en elle. Si cela ne sauve ne serait-ce qu’un seul enfant ou ouvre les yeux et le coeur à d’autres, comme vous l’avez ouvert vous même : alors vous serez en plus artisan d’un autre bonheur retrouvé : c’est le plus bel acte de résistance dans ces temps de décadence et d’aveuglement.

 


Qu’est-ce que l’Aliénation Parentale

« Les enfants détruits par l’Aliénation Parentale» (…).

« c’est une sorte de massacre avec les meilleures intentions du monde ! Chaque parent se dit désireux de tout faire pour leur enfant. Avec l’enfant que l’on dit vouloir protéger et qui est réellement esquinté.» (Paul Bensussan, expert national)

 

 

Le syndrome de Médée

« Le syndrome de Médée ou le coeur des enfants en sacrifice » (…).

« Le syndrome de Médée est une modalité de harcèlement mise en œuvre par un parent voulant priver son/sa conjoint/e de la relation avec ses enfants et apparaissant à l’occasion d’une rupture conjugale.»

«Il s’agit en somme d’une forme organisée de maltraitance qui porte sur une dimension vitale de la vie affective et se traduit par des effets psychotraumatiques très importants.» (Antonio Andreoli – Service de psychiatrie HUG – Rev Med Suisse )

 

 


 

Extrait documentaire « Pères perdus »

 

NB : A rappeler également que de très nombreuses mères subissent également ce même schéma aliénant :

Ex: 1 témoignage (émouvant) d’une mère victime d’aliénation (FleurBelge) [en tant que Maman] :

 

« Il faut cesser de dire que ce ne que sont les pères qui sont rejetés!

Je suis moi une mère aimante, A 3 ans pour ma fille et 6 ans pour mon fils, mes 2 enfants adorés ont subi l’aliénation parentale par leur père contre moi…. (….) » [la suite ici]

.


* A quoi ca ressemble (concrêtement) une manipulation d’enfant ? Ici, 2 exemples de manipulation (enregistrement téléphonique) 1 père / et 1 mère


.

Il est temps que les « professionnels » des affaires familiales cessent enfin d’être les complices actifs de ces vies d’enfants brisés et mettent en place les mesures préventives nécessaires pour réduire l’Exclusion Parentale (NRE, EGV) et l’Aliénation Parentale. Et ensuite de sensibiliser les parents à cette maltraitance psychologique intolérable, une fois l’avoir comprise sois-même… (cf lien suivant)

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/12/07/un-enfant-dresse-pour-hair-continue-de-souffrir-et-demande-des-comptes/

 


A SUIVRE ….Accueil, A propos, Cas concret

Affaires Familiales, la situation est alarmante :

Les Pros sonnent l’alarme !

 

 

Renouer le lien

FICHE PRATIQUE

.

Comment renouer le lien parental avec un enfant aliéné/manipulé et devenu adulte ?

(…) [ci-contre]

.

.

A suivre : Lettre ouverte aux négationnistes du SAP A suivre : Les 20 demandes d’un enfant de parents séparés

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

Lettre ouverte aux négationnistes faisant l’amalgame entre SAP et pédophilie


Le monde n’est pas « ou blanc ou noir »
mais souvent les deux

.

Il peut y avoir des manipulations mentales de l’enfant « désaffection parentale » (sans parler de « syndrome » – terme inapproprié techniquement puisqu’il exige une exhaustivité de la symptomatologie) et il peut également exister l’utilisation du concept SAP (Aliénation Parentale) comme d’un parapluie (dans le cas d’inceste par exemple).

Cependant, l’évocation du concept d’aliénation est pour une majorité de cas tout à fait hors du cadre d’accusations pédophiles. On parle de désaffection d’un parent de manière progressive qui tourne à des comportements de l’enfant manifestement pathologiques (cf. ce reportage) où l’enfant est soumis à un lavage de cerveau. D’enfant-otage, isolé de son parent, il devient peu à peu enfant-soldat. Aucun lien avec la pédophilie dans tous ces cas…

.


Si demain, les pédophiles se mettent à réclamer des droits et que, par exemple, sous couvert d’un droit à la différence, ils se mettent à vouloir s’abriter à nouveau d’un énième concept pour justifier leur basse besogne :

Devrions-nous considérer alors qu’il faille s’attaquer au concept même du droit à la différence d’une manière généralisée ? Voire de déclarer que tous ceux qui évoquent le droit à la différence (et même si il n’y a aucun lien avec la pédophilie) soient dès lors considérés comme « sectes », « adeptes », etc… ? Ne serait-ce pas là, un petit peu excessif ?

Comme un taureau dans une arène, ne faudrait-il pas songer à s’attaquer directement à celui qui agite un chiffon rouge plutôt qu’à tous les chiffons qu’il puisse agiter ?

.


Quant à Gardner, si demain on apprenait qu’Einstein était un escroc devrait-on alors remettre en cause la théorie de la relativité pour autant ?

Et que faisons-nous des oeuvres d’art produites et exposées par des artistes dont on découvrirait des penchants abjectes ? Ou qui seraient politiquement condamnables ? Que feriez-vous par exemple, des cendres de Victor Hugo et de son oeuvre, si vous appreniez qu’il était antisémite ? L’objectivité juge l’objet, la subjectivité, le sujet…

.


Par ailleurs, même si la pédophilie au féminin existe, comment considérer également les nombreux cas où c’est la mère qui est rejetée par son enfant ?

Ex: 1 témoignage d’une mère aliénée

« (…) je suis désespérée de ne plus voir mon fils, ma vie s’est brisée le jour ou on me l’a enlevé, j’ai beau faire les choses comme il faut….malgré qu’il ne veuille plus me voir, je lui écris des lettres toutes les semaines, sans jamais de réponse, aucun coup de fil, (…) »

Pour tous ces cas, ne devrions-nous pas plutôt apprendre à discerner la calomnie ?… (sinon d’apprendre à faire la différence entre un enfant-victime et un « enfant-soldat »… )

Ex: 1 témoignage (émouvant) d’une mère victime d’aliénation (FleurBelge) [en tant que Maman] :

 

« Il faut cesser de dire que ce ne que sont les pères qui sont rejetés!

Je suis moi une mère aimante, A 3 ans pour ma fille et 6 ans pour mon fils, mes 2 enfants adorés ont subi l’aliénation parentale par leur père contre moi…. (….) » [la suite ici]

.


Doit-on faire le distinguo ?

Faire une association systématique de deux concepts pratiquement disjoints, entre pédophilie et aliénation est une simplification mensongère (mais possiblement de bonne foi quand on ne fait que survoler le sujet).

Il y a en effet énormément de cas (la grande majorité en réalité) où il n’y a absolument aucune accusation de pédophilie même de la part du parent excluant.

Pour exemple : le cas d’un parent qui ne peut plus voir sa fille qui vit à 400 m de chez lui. Même après voir déposé de nombreuses plaintes pour NRE – Non Représentation d’Enfants et sans avoir été même accusé de quoi que soit… Le parent refusant le droit de visite, devant les forces de l’ordre invoque tout simplement sa propre décision arbitraire (!) malgré un jugement octroyant un droit de visite habituel… et tenant fermement la main de sa fille, éructe : « De toute façon, tu ne reverras jamais ta fille ! » – sans rien invoquer d’autres…

Imaginez la tragédie de cette situation pour le parent témoin de cette scène, mais surtout pour l’enfant à ce moment là… Quelle sera la prochaine étape, si on s’obstine à ne vouloir rien faire (le procureur malgré les plaintes, a décidé de ne pas poursuivre). Cette situation pour l’enfant n’est-elle pas scandaleuse ?

.


« Comment rendre son enfant fou ! »

« …Fou de tristesse, de douleur, de colère, de solitude, d’un chagrin sans fond, de cette situation qui le dépasse, (…) » »(…).

« L’aliénation parentale est un processus qui consiste à programmer un enfant pour qu’il haïsse un de ses parents sans que ce soit justifié. Elle est la conséquence de la bataille mise en place au sein d’un couple qui dysfonctionne sévèrement ou va se séparer »

.


On parle ici de 25 000 dépôts de plainte par an pour NRE Non Représentation d’Enfant (dont 4% condamnation), de nombreux cas d’EGV (Eloignements Géographiques Volontaires) sans issus.

Des enfants abandonnés par un système judiciaire incapable de faire face. On parle de 18 000 enfants/an qui prennent le chemin de l’enfant-otage voire de l' »enfant-soldat » avec des interjections de haine, aussi paradoxales que : « Tu me frappais quand j’étais dans le ventre de ma mère ! » (les souvenirs sont tenaces)…

Le maintien dans l’ignorance fait que ce problème reste insoluble et s’enracine dans la société depuis des décennies (dénoncé par de nombreux professionnels).

Ceux qui veulent dénoncer la pédophilie, c’est une TRES bonne chose. Mais, si se faisant et par ignorance, ils condamnent des parents au désespoir et des enfants à une souffrance muette, alors c’est parfaitement contre-productif.

Mais si le sujet de la pédophilie intéresse vraiment, je vous invite à visionner notamment ces cas intéressants relevés sur la page suivante

.



Un enfant aliéné dmd des comptes

« Une fille devenue mère témoigne sur la manipulation qu’elle a subie l’amenant à rejeter son père» (…).

L’enfant naît en aimant spontanément ses parents. Qu’arrive-t-il quand on lui apprend à ne plus aimer, voire à haïr…

.


« Le monde n’est pas « ou blanc ou noir » mais souvent les deux»(…).

L’évocation du concept d’aliénation est pour une majorité de cas tout à fait hors du cadre d’accusations pédophiles. On parle de desaffection d’un parent de manière progressive qui tourne à des comportements de l’enfant manifestement pathologique



Mais alors à quoi ca ressemble (concrêtement) une manipulation d’enfant ?

(NB : Les dégrés d’aliénation peuvent être divers : c’est l’intensité, la durée, le contexte, la fragilité de l’enfant, etc… qui pourront accélérer le refoulement de souffrance de l’enfant (liée à la séparation)en pathologie : l’enfant-otage de la situation pourra alors basculer plus ou moins sévèrement en « enfant-soldat », prenant parti du parent aliénant avec toutes les conséquences et la destruction psychologique qui en découlent…

EX 1 : UN PERE ALIENANT :

« Couple déchiré, enfant otage » (Olivier Pighetti pour Un monde en face – extrait téléphone)

+ Suite du reportage « Couple déchiré, enfant otage »

+ d’infos sur les parents pervers et la perversion

EX 2 : UNE MERE ALIENANTE :

.


source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/11/17/lettre-ouverte-aux-negationnistes-faisant-lamalgame-entre-sap-et-pedophilie-mediapart

Services sociaux A suivre : cf témoignage d’enfants aliénés » A suivre : Les Pros sonnent l’alarme


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Read Full Post »


Aliénation : la France responsable de torture et maltraitance psychologique ?

A Brest, un breton voit sa fille pour la 41e fois en larme sans pouvoir l’approcher

La torture en France est-elle devenue une discipline imposée par les Affaires Familiales ?

C’est ce qui semble transparaître des 25 000 dépôts de plaintes par an (2009) dont 4% aboutissent à une condamnation tandis que 34% des enfants du divorce ne verront plus jamais leur père ! (INSEE) Les français pourront-ils croire encore longtemps, que l’on soit capable de construire des viaducs de 200 mètres, des Airbus de 300 tonnes, et des navettes pour mettre des singes sur orbite et pas encore d’être capable de faire respecter l’évidence : le lien parental est un lien sacré !

 

L’incompétence ne serait pas si alarmante si elle ne semblait pas éternelle comme les ossements d’un mammouth sous 3m de toundra. Le récit de ce père (accompagné des forces de l’ordre), démontre l’ampleur de l’inefficacité de la justice qui n’a visiblement toujours pas intégré qu’il était primordial (dans l’intérêt supérieur de l’enfant) de privilégier celui des deux parents, qui serait le plus à même de faire respecter le droit de l’enfant à voir ses deux parents.

Comme le sage adage convient qu’on ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif, il faut convenir également qu’une simple réforme n’y pourra rien : il faudra probablement au moins un tsunami, pour espérer désensevelir une institution manifestement accablée par le poids d’un immobilisme écrasant.

 

En attendant, ce témoignage parlera sans doute aux centaines de milliers d’enfants qui ont pris le chemin de l’Aliénation Parentale et aux parents aliénés. Quel gâchis ! …

« 41 délits consécutifs de non représentation d’enfant caractérisés et aggravés sans condamnation des pouvoirs publics ! Leïla na pas passé son Noël avec son papa pour la 4e année consécutive… En 4 ans, la mère de Leïla a fait entrave à 4 décisions de justice, privé sa fille de son père et du reste de sa famille durant 1480 jours, puis en se moquant ouvertement et à plusieurs reprises aussi bien des magistrats que de la force publique, ignoré la dernière décision de justice, un arrêt de la cour d’appel de rennes en date du 26 Mai 2009 qui n’a donc su être mis à exécution ! Le procureur de la république de Brest « dit » s’être saisi du dossier, depuis plus d’un an… nous attendons une réponse pénale ferme afin que soit respecté la loi, la république, que soit respecté les droits et l’avenir de Leïla mais aussi que soit assuré l’avenir de tous les petits citoyens Français… Avis de la cour de cassation >>> ici Extraits de paroles (consignées) lors de la 5e non représentation : « Nous venons chercher Leïla » « peu t’on avoir Leïla » réponse : « Leïla va bien, elle va très bien ». Sur la question du droit de visite: « Il n’y a pas de droit de visite » et comble de l’ignoble: « mais je peux vous la montrer« . En fin de discussion, notre enfant étant alors présent (malgré mon refus de lui imposer une nouvelle épreuve voulue par sa propre mère)… La mère la retenant fortement par le bras dit : « ta fille, tu ne la reverras jamais »… Puis elle claque violemment la porte. Nous nous devons (moi et ma famille) de repartir avec comme seule image les yeux plein d’éffroi de Leïla lorsqu’elle a entendu les propos de sa maman.» (Yvon Kerlau)

source : http://kerlau.unblog.fr/

Violence et décadence : En France, en 2012, torturer un enfant en l’empêchant de voir son père est normal !?

 

Site du père : http://kerlau.unblog.fr/ & également sur Twitter #FF @yvon_KERLAU

 

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/07/31/prise-dotage-denfants-separes-la-justice-complice-de-torture-psychologique/

A suivre : Les décisions de justice ne s’appliquent-elles qu’à ceux qui s’y soumettent ? A suivre (article connexe) : 34% des enfants du divorce ont une forte probabilité d’avoir un « père perdu »…

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Quelles dispositions pourraient figurer dans une nouvelle Charte des droits de la famille / ou plus concrétement peut-être, dans un nouveau chapitre du Code de la Famille* -> relatif aux unions, séparations ou aux droits des enfants de parents séparés, etc… ?

*CFAS : Code de la Famille et de l’Aide Sociale / Code de l’Action Sociale et des Familles

Une particularité française ? peu ou prou de "Code de la Famille" dans notre pays, pourquoi ?

S’il était envisageable d’imaginer un complément : quel(s) article(s) pourrai(en)t venir compléter cette nouvelle Charte des droits de la Famille ou ce Code de la Famille ?

Par exemple, pour viser à être plus opérant pour limiter le risque d’exclusion parentale et donc la souffrance des enfants séparés ?

(Ex.) Article x : L’intérêt supérieur de l’enfant doit (vraiment) être une considération primordiale.

(Ex.) Article x : Une convention parentale amiable doit être cosignée par le couple lors de l’établissement d’une vie commune.

(Ex. de Sections / Thèmes) :

-> Pourrait-on imaginer de nouvelles dispositions ? si vous avez une/des idée(s) pour compléter cette "nouvelle charte" / ou ce "code de la famille", n’hésitez pas à la placer en commentaire …

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/05/27/vos-idees-pour-une-nouvelle-charte-des-droits-de-la-famille/
 

 

Info complémentaire : La législation actuelle Article connexe: Proposition de loi sur l’enfant otage

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Merci de bien vouloir diffuser cette lettre

à tous les parents séparés
(ainsi qu’à tous ceux qui pourraient être sensibilisés par la situation des enfants du divorce)


« Chère Maman,  Cher Papa ,

N’oubliez jamais: je suis l’enfant de vous deux . Maintenant, vous ne vivez plus ensemble, mais j’ai besoin aussi bien de l’un que de l’autre.

Ne me demandez pas si j’aime plus l’un ou l’autre. Je vous aime tous les deux tout autant. Ne critiquez donc pas l’autre devant moi. Car cela me fait mal.

Aidez-moi à maintenir le contact avec celui d’entre-vous chez qui je ne suis pas. Formez son numéro de téléphone pour moi, ou écrivez-moi son adresse sur une enveloppe. Aidez-moi, à Noël ou à l’occasion de son anniversaire, de lui confectionner ou de lui acheter un beau cadeau. De mes photos, faites-en toujours une copie pour l’autre.

Conversez comme des adultes . Mais conversez. Et ne m’utilisez pas comme messager entre vous – encore moins pour des messages qui rendront l’autre triste ou furieux.

Ne soyez pas triste quand je vais chez l’autre. Celui que je quitte ne doit pas penser que je ne l’aimerai plus d’ici quelques jours. Je préférerais toujours être avec vous deux. Mais je ne peux pas me couper en deux – seulement parce que notre famille s’est déchirée.

Ne prévoyez jamais rien durant le temps qui m’appartient avec l’autre. Une partie de mon temps est à ma Maman et à moi; une partie de mon temps est à mon Papa et à moi. Soyez compréhensifs.

Ne soyez ni étonnés ni fâchés quand je suis chez l’autre et que je ne donne pas de nouvelles. J’ai maintenant deux maisons. Et je dois bien les distinguer – sinon je ne m’y retrouve plus du tout. Ne me passez pas à l’autre , à la porte de la maison, comme un paquet. Invitez l’autre pour un court instant à l’intérieur et conversez . Quand je suis recherché ou ramené, laissez-moi un court instant avec vous deux. Ne détruisez pas ce moment en vous fâchant ou vous disputant.

Laissez-moi être ramené par quelqu’un d’autre de la Maternelle ou de chez des amis si vous ne pouvez supporter le regard de l’autre.

Ne vous disputez pas devant moi . Soyez au moins aussi poli que vous le seriez avec d’autres personnes, comme vous l’exigez aussi de moi.

Ne me racontez pas des choses que je ne peux pas encore comprendre. Discutez-en avec d’autres adultes, mais pas avec moi.

Laissez-moi amener mes amis chez tous les deux. Je souhaite qu’ils puissent connaître ma Maman et mon Papa et les trouver sympa.

Mettez-vous d’accord au sujet de l’argent. Je ne souhaite pas que l’un en ait beaucoup et l’autre très peu. Il faut que ce soit bien pour tous les deux, ainsi je pourrai être à l’aise chez tous les deux.

N’essayez pas de m’habituer à la surenchère. De toutes les façons, je ne pourrais jamais manger tout le chocolat que j’aimerais.

Dites-moi franchement s’il vous arrive de ne pas pouvoir boucler le budget. Pour moi, le temps est bien plus important que l’argent. Je m’amuse bien plus avec un jouet simple et comique qu’avec un nouveau jouet.

Ne soyez pas toujours "actifs" avec moi. Cela ne doit pas toujours être quelque chose de fou ou de neuf quand vous faites quelque chose avec moi. Pour moi, le plus beau c’est quand nous sommes simplement heureux en train de jouer et que nous ayons un peu de calme.

Laissez le plus possible de choses identiques dans ma vie, comme c’était avant la séparation. Cela commence par ma chambre, ensuite sur les petites choses que j’ai faites tout seul avec mon Papa ou ma Maman.

Soyez aimable avec les grands-parents. Ils m’aiment et je les aime, ils veulent aussi être à mes côtés. Vous seriez aussi à mes côtés si je n’allais pas bien ! Je ne veux pas perdre, en plus, mes grands-parents.

Soyez "fairplay" avec le nouveau compagnon que l’un d’entre-vous rencontre ou a déjà rencontré. Je dois aussi m’entendre avec ces autres personnes. Je préfère quand vous ne vous espionnez pas jalousement l’un l’autre. Ce serait de toute façon mieux pour moi si vous rencontriez rapidement tous les deux quelqu’un que vous aimiez. Vous ne serez plus aussi fâché l’un envers l’autre.

Soyez optimistes. 

Vous n’avez pu gérer votre couple, mais laissez-nous au moins le temps que cela se passe ensuite bien. Relisez toutes mes demandes

Peut-être en discuterez-vous. Mais ne vous chamaillez pas. N’utilisez pas mes demandes pour faire des reproches à l’autre, aussi mal qu’il ait pu être avec moi ou que vous ayez cru qu’il le soit.

Si vous ne faites pas cela, vous n’aurez pas compris comment je me sens et ce dont j’ai besoin pour me sentir heureux. » (Jafland)

 


« L’enfant aime de manière innée. La séparation du lien enfant-parent quand il s’opère est la première déchirure. »(…).

Si la souffrance de l’enfant est négligée et qu’elle est intense par le fait d’une exclusion parentale, l’enfant va apprendre à se durcir, à ne plus aimer.

 


« …Fou de tristesse, de douleur, de colère, de solitude, d’un chagrin sans fond, de cette situation qui le dépasse, (…) » »(…).

« L’aliénation parentale est un processus qui consiste à programmer un enfant pour qu’il haïsse un de ses parents sans que ce soit justifié. Elle est la conséquence de la bataille mise en place au sein d’un couple qui dysfonctionne sévèrement ou va se séparer »


« Une fille devenue mère témoigne sur la manipulation qu’elle a subie l’amenant à rejeter son père» (…).

L’enfant naît en aimant spontanément ses parents. Qu’arrive-t-il quand on lui apprend à ne plus aimer, voire à haïr



« Garde alternée, retours d’expérience et jurisprudence » (…).

Pour préserver les enfants de la séparation, le plus important est de préserver la coparentalité au-delà de la séparation


.

Merci de bien vouloir diffuser cette lettre à tous les parents séparés (ainsi qu’à tous ceux qui pourraient être sensibilisés par la situation des enfants du divorce)
"Les 20 demandes d’un enfant de parents séparés"
https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/04/04/les-20-demandes-dun-enfant-de-parents-separes/

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord



Read Full Post »


Jeudi 23/02/2012.

Bonjour Eric,

Je viens de lire la page de Corinne séparée de ces deux filles…

Depuis quelques mois j’ai eu l’occasion d’éprouver ces douleurs d’arrachements et de les considérer profondes et inextricables car on ne peut pas faire le deuil de son enfant vivant. Et encore moins au bilan, imaginer la souffrance de son propre enfant qui souffre de manière muette cette rupture (avec des sentiments d’autant plus à fleur de peau, qu’il est en bas âge)

On ne sait pas tout sur l’homme mais quelque chose me dit qu’il y a un ressenti sans mots entre un parent et son enfant. Et c’est donc bien heureusement (si je puis dire) qu’il y a cette souffrance en soi, car elle est immense et permet d’y puiser l’énergie suffisante pour continuer le combat sans discontinuer…

Tout le problème est d’apprendre à accepter cette souffrance (comme un chemin de croix, une épreuve de vie) pour enfin, canaliser cette énergie non pas dans l’expression d’une douleur jaillissante et sans contrôle qui serait alors perçue de manière inintelligible par ceux qui ne sont pas épris d’empathie ou qui sont ignorants. Pour ceux là, les appels de détresses et autres cris du cœur résonnent à point nommé comme une justification de leur ignominie. Dans pareil cas, s’acharner à faire entendre celui qui reste sourd est une pure perte de temps … S’il se complait dans la haine et l’ignorance, c’est qu’il aime le feu et veut s’y consumer …

Comme un cheval fougueux, il faudra donc apprendre à dompter la souffrance. C’est donc en expurgeant la haine et en canalisant la douleur, que pourra s’opérer la transformation de ces sentiments d’injustice et de désarroi, vis à vis de la détresse non pas seulement de son enfant mais aussi de tous les autres : ces 18 0000 enfants qui subissent l’aliénation parentale en France et ces 70 000 enfants enlevés par les services sociaux sans nécessité, et y compris tous ceux dans une adversité sans nom…

Ainsi, le combat pourra s’inscrire dans une dynamique vertueuse, patiente, sans coups bats, avec l’esprit du pardon car il nécessitera d’apprendre à aimer même ceux qui vous brisent, qui vous humilient, qui vous oppressent car vous n’êtes pas juge et ils ont leur libre arbitre : celui de se complaire dans la corruption, le déni, le clivage, la lâcheté,.. ou bien de s’y déplaire.

C’est donc avec l’esprit de leur donner l’opportunité de (se) réaliser (à leur rythme, suivant leur volonté) pour qu’ils empruntent la voie qu’ils ne connaissent pas (ou qu’ils ont oubliés) : celle de la justice, de l’honneur, de la compassion, …

Mais qui dit pardon, ne dit pas acceptation ou résignation mais bien au contraire détermination. Cela sans limite puisqu’il s’agit, non pas seulement de se tourner vers les égarés eux-mêmes mais de combattre principalement jusqu’au mal qui les égare…

Et quand sur ce champ de bataille où ils vous auront trainés et battus … et qu’enfin, la brume de leurs combats effrénés, pervers, et haineux… finira de se dissiper… Alors, ils vous y découvriront encore là, planter au beau milieu du champ, impassible et compatissant.

Leur haine a beau être vivace, bouillonnante et concentrée d’amertume ; l’Amour lui, sait être patient, apaisé et expansif sans limite : pour qui s’y plonge, sans hypocrisie et sans s’en détourner….

Et quand, ils comprendront enfin que chaque coup qu’ils portent sont des coups qu’ils se portent, qu’ils s’y souillent et qu’ils s’y brûlent : alors ils comprendront peut-être et se sauveront eux-mêmes … Car eux-seuls sont maîtres de leur honneur et de leur vertu … parfaitement libres d’en disposer, bon gré mal gré… et même parés du voile hypocrite, du déni de leur cruauté …

Merci Eric pour cette info.

source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/02/23/aux-parents-dont-les-enfants-sont-victimes-dexclusion-parentale/

 

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

Enfance maltraitée : QUE FAIRE pour enrayer ces souffrances ?… Résister !


Que peut-on faire pour agir et aider à enrayer la souffrance des enfants séparés de leur(s) parent(s) (voire aliénés ou pire encore) ?

Cela fait plus de 30 ans que c’est ainsi, alors pourquoi donc chercher à trouver de quelconques solutions à ce problème, quand on sait que de toute manière, c’est très probablement inutile ?

En effet :

La situation est alarmante…

  • Près de 18 000 enfants/an prennent le chemin de l’aliénation parentale dans l’indifférence et une inertie scandaleuse (cf. lien)
  • 50% des enfants retirés à leur famille (sur un total de 135 000) le sont inutilement (!), de l’aveu même de l’inspecteur général des affaires sociales (cf. lien)
  • Des milliers d’enfants maltraités ou abusés
  • Et combien jetés dans le réseau de la prostitution voire de l’ignominie sans nom ?… (cf. lien).

Même si le point de non retour semble atteint vis à vis de cette réalité dont on n’ose même plus faire la publicité, il reste à chacun de choisir son camp : celui de ne rien faire ou laisser faire (sinon même d’en être parfaitement complice – même si la plupart du temps, c’est par ignorance ou par manque d’empathie) ou bien d’être de ceux qui tentent modestement d’agir même si c’est inutile et quand bien même ils seraient peu nombreux : pourvu qu’ils soient de ceux-là…

Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! Non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !
— Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

Car une civilisation qui se comporte ainsi envers ses enfants, abusant de leur incapacité à pouvoir se défendre ou être défendu pour le respect de leurs droits fondamentaux (…), n’ira peut-être pas beaucoup plus loin encore ? …

Face à l’ampleur et la gravité du phénomène, cela est bel et bien devenu l’affaire de tous. Et à chacun désormais, de se saisir du sujet sans plus attendre…

Alors, au moins, si l’on se donne la peine d’avoir fait à son niveau et selon ses moyens, ce que l’on croyait être bon et juste pour tenter d’apporter ne serait-ce qu’une ou plusieurs gouttes d’eau, qui voulaient participer à éteindre cet incendie… Alors peut-être que oui, cela n’aura rien éteint (ou pas grand chose) mais est-ce vraiment cela qui compte ?

Ou bien s’agit-il de s’assurer qu’au moment et pour le cas, où nous devrions tous en payer collectivement l’addition. Si derrière nos pas, le destin nous amène à entendre la cité s’affaisser sous le poids de sa décadence, alors peut-être que l’on n’aura pas agi complètement inutilement : car on pourra au moins se dire dans son for intérieur, que si oui notre action n’aura pas pu empêcher grand chose, elle aura au moins sauvé, ce qu’il y avait peut-être encore à y sauver (?) : son Honneur


Agir face à l’injustice…

« Face à l’injustice, chacun doit pouvoir agir à sa mesure… »(…).

« Vis à vis des injustices, dans une société qui semble avoir perdu le fil des valeurs, sans attendre une improbable action d’une élite détachée de l’intérêt commun : chacun doit agir à sa mesure et ne pas laisser faire… (…) »

Un cas concret d’Exclusion Parentale (rupture du lien parent-enfant)

Oui, ce n’est pas simple. C’est une double souffrance mais en réalité c’est la souffrance de l’enfant séparé du lien qui est la plus inquiétante, la plus injuste, la plus immorale, et …c’est cela qu’il y a de plus dur.

Que faire vis à vis de ces 18 000 enfants/an qui prennent le chemin de l’aliénation, par exemple ?

Il ne sert à rien de convaincre un parent aux réflexes aliénants. C’est un bloc de roche jusqu’au jalon qui lui permettra d’ouvrir les yeux. En attendant, rien ne peut-être fait pour convaincre de son côté : il sera plus facile de déplacer des montagnes… Et bien justement… Comme c’est avant tout un problème de société, une faille du système qui ne semble pas prendre en considération la souffrance des enfants privés de leur lien affectif et parental (puis rentrant progressivement dans une souffrance pathologique), ni à prendre en compte le droit des enfants qui est pourtant explicite (!), ni d’être capable de diagnostiquer la calomnie même quand elle est évidente (car tous azimut). Il va donc falloir déplacer les montagnes et c’est un honneur que de rentrer dans ce combat car il a toute la gloire d’un combat juste, celui de montrer a votre enfant que vous ne l’abandonnerez jamais et que vous vous bâterez, bâterez, encore et encore mais en utilisant tous les moyens nobles et surtout pas ceux détestables auxquels recoure le parent aliénant : il faudra donc se battre à découvert et de manière frontal en utilisant les arguments du droit, de la moral, de l’amour de l’enfant, etc.. .Sans jamais laisser la place aux mauvais sentiments (car ils sont parfaitement improductifs).

Et si un parent se lève, un autre suivra, et encore un autre jusqu’à ce que la société change et dans l’espoir que l’évidence voit enfin le jour… car trop d’enfants ont subi, subissent et subiront encore, surtout si personne ne se lève pour dire STOP !

QUOI FAIRE ?

Avant toute chose : COMMENCER PAR S’INFORMER SOI MÊME : https://affairesfamiliales.wordpress.com


Face à l’injustice, à l’oppression, il faut relever la tête et sourire : le jour tant attendu est arrivée… Alors de la connaissance, de la compassion pour les souffrances de tous les autres dans le même cas : c’est le moment de s’unir et d’aller rétablir la justice et de mettre fin aux souffrances…

Peu importe l’issu : le plus important c’est de se battre, sans haine mais au contraire avec honneur et détermination jusqu’à l’issu complète ou le dernier souffle …


MESSAGE AU PARENT SEPARE DE SON ENFANT

    • Voilà venu le moment de faire son chemin de croix pour en sortir éprouvé et fier d’être resté digne et combattant face à l’adversité (celle induite par l’intense souffrance de votre enfant que vous ressentez par compassion évidente) : transformez votre colère et votre souffrance en quelque chose de lumineux et d’efficace pour les autres et qu’elle serve à tous les enfants (et pas seulement le votre). Et en donnant, vous recevrez (vous verrez).
    • Commencer par donner une grande part de votre temps libre, et le maximum de moyens pour vous permettre de comprendre et ensuite faire comprendre et diffuser cette problématique complexe (à tous, sauf au parent aliénant qui restera hermétique jusqu’à la résolution : ne cherchez pas à convaincre ce dernier, c’est du temps perdu : attaquez vous d’abord aux montagnes : c’est plus simple ;-). Le but est de faire évoluer les consciences pour qu’elles se rendent compte de la manière dont sont élevés nos enfants en les privant de leur parent : Un mal fondamental, aussi inconnu que massivement répandu. Le parent séparé doit donc agir sans fléchir, jusqu’à la libération effective (de son enfant) et toute sa vie si il le faut… Mais toujours avec des moyens nobles sans jamais chercher à basculer dans un comportement aliénant inversé tel un desperado… mais plutôt avec une franche détermination et beaucoup de piété : vous serez surpris de redécouvrir une forme de bonheur pendant votre combat. Un combat qui vous fera pousser des ailes si vous restez digne et tourné vers les autres. (Chassez votre abattement, votre apitoiement, votre désespérance, votre rancune et pensez à votre enfant et à tous les autres qui comptent sur vous pour agir efficacement et vertueusement..)
MESSAGE A TOUS…

  • Parent pervers , perversion , sadisme
    Ne perdez pas votre temps à raisonner le parent aux réflexes aliénants
    (il n’y a pas plus sourd que quelqu’un qui ne veut pas entendre : Ils vous satisfont de leurs bouches, tandis que leurs coeurs se refusent ; et la plupart d’entre eux sont des pervers.) (*pervers : Qui aime accomplir des actes cruels ou immoraux.)
  • Diffusez l’information…
    ( ex, via les réseaux sociaux, vos propres réseaux, les lieux médiatisés, etc…)


    Twitter
    Twittergoogle plusfacebookpinterestlinkedinYoutubetumblr
    1 exemple, pour Twitter :Tweetdeck, 1 tableau de bord (gratuit)

    Ex. Aux Parents victimes d’Exclusion Parentale…qui NE SAVENT PAS UTILISER TWITTER MAIS QUI VOUDRAIENT BIEN… (en 4 étapes)

    1) S’inscrire sur Twitter.com et ensuite

    2) downloader et installer le logiciel tweeterdeck depuis http://tweetdeck.com/ (qui facilite la gestion des listes tweeter) :

    3) suivez les comptes de la iste exclusion parentale récupérable sur https://twitter.com/enfantsdroits/exclusion-parentale/members et également @enfantsdroits

  • Abonnez-vous au site https://affairesfamiliales.wordpress.com[inscription à la mailing liste ou abonnement au flux RSS / dans le menu à droite ]—–>

  • ex. les articles les plus populaires

    Faîtes connaître cette problématique sur les forums et tous les autres moyens de communication : emails groupés + ciblés (politique, justice, journaliste, …), Facebook, Twitter, ..courrier postaux, … Par tous moyens utiles (y compris originaux).., diffusez l’adresse du site https://affairesfamiliales.wordpress.com et tous les sites pertinents sur le sujet qui prennent le parti de l’enfant. Cela est utile pour plusieurs raisons :

    • Faire connaître ce problème, sans quoi ca n’évoluera pas (tout seul)
    • Permettre à quelqu’un de prendre conscience (de lui même) de l’erreur qu’il fait,
    • Permettre à un enfant ayant grandi, de comprendre et reprendre contact avec un parent (en souffrance)
    • Permettre à un parent indûment séparés de trouver du courage pour se battre pour son enfant et les autres
    • Faire connaître aux professionnels des affaires familiales ce gâchis et surtout cette souffrance des enfants séparés (voire aliénés)
  • Mener/Participer aux opérations de communication pour faire connaître la problématique et l’urgence de la situation ; en se regroupant : ex. Printemps 2013 (cf. ici pour la mise à jour des liens et les exemples)

  • Services sociaux Soutenez la cause de l’enfant (ne vous laissez pas berner par la calomnie tous azimuts qui justifie vouloir isoler l’enfant « au nom de » : les calomniateurs, ce sont eux les véritables pervers ; sinon pourquoi 1000 prétextes et 0 témoins !?) ; non plus les ignorants qui se rendent complices en confondant le principe de précaution avec le principe de protection
  • Transmettez des attestations en toute occasion pour soutenir l’enfant et son droit : c’est à dire celui de ne pas avoir son lien parental réduit en miette. (Donc sans se soucier du couple conjugal dont personne n’a que faire, l’enfant le premier !).
  • Soutenez le parent en détresse, en lui faisant connaître l’information utile pour qu’il prenne conscience lui-même du problème dont son enfant est victime (qu’il puisse mettre des mots c’est essentiel !) : attestations formalisées ou simples témoignages de soutien pour la cause de l’enfant au parent séparé de son enfant.


« AUX PARENTS/ ENFANTS DEVENUS ADULTES – Pour RENOUER LE LIEN PARENTAL (après l’Aliénation/Séparation/Manipulation)

.

Renouer le lien parental

« FICHE Pratique : Que faire vis à vis de l’enfant aliéné/manipulé ayant grandi ? »(…).

« Notamment celui DEVENU ADULTE
et avec qui la RELATION est encore difficile(…) »

 

 

 



Un enfant aliéné dmd des comptes

« Un enfant, à qui on a appris à haïr son parent, témoigne… »(…).

« L’enfant naît en aimant spontanément ses parents. Qu’arrive-t-il quand on lui apprend à ne plus aimer, voire à haïr… (…) »


Toujours garder à l’esprit que ce qui est le plus détestable c’est la souffrance de l’enfant privé du lien (Car on ne doit pas faire d’un enfant, un orphelin (de parent vivant) ! Et la pire maison, celle où un orphelin est maltraité.)

! MERCI DE DIFFUSER CE MESSAGE !

… Aux personnes sensibles à ce type de problème (ou pouvant l’être)

C’est un très beau combat : des centaines de milliers d’enfants victimes !

Source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2011/11/11/que-faire-pour-enrayer-ces-souffrances-inutiles/


A ceux qui se sont éloignés, eux-mêmes

(…)
– Assurez vous d’être dans le même secteur géographique que celui de votre ex-compagne/gnon – si ça n’est pas le cas et que vous aillez vous même quitté la zone qui permette l’exercice du rôle parental.


Aux croyants…

(…)
– Cultivez l’Amour pour vous inscrire dans ce combat avec endurance et patience. Le premier ennemi à vaincre est en vous : prenez vos souffrances pour des bénédictions, vos humiliations pour des sanctifications et votre chemin pour une expiation et une renaissance.

Dieu est avec les endurants, les patients, les pardonneurs, les repentants, les sages, les humbles.. et donc avec vous : si vous le souhaitez…


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Read Full Post »


L’Exclusion Parentale, un mal qui souffre d’abord de l’ignorance de son existence…

 

[Extrait – 07 novembre 2011] / « Journal personnel»
(…)

Ce soir, néanmoins je dresse l’ébauche d’un schéma (cf. graphique) qui tente de représenter la généalogie de la mère de notre enfant afin de répondre à mes interrogations…
En effet, est-ce que les antécédents de la mère pourraient éventuellement permettre de soulever des hypothèses quant à l’éventualité d’une influence vis-à-vis de la situation actuelle. Par exemple, qui pourrait s’exprimer par une perception dénaturée (sinon modifiée) du rôle du père ou du lien père-enfant (dans le couple parental) (?) ou bien par une attitude surprotectrice ou disproportionnée (?), etc…


* Car sinon pourquoi absolument s’interdire d’envisager l’hypothèse que le contexte familial et les antécédents (petite enfance, expériences de concubinage précédentes, etc…) de mon ex-concubine pourraient avoir un rôle éventuellement influent vis-à-vis de la situation actuelle ?
.

1/ Car vraiment, cette histoire familiale (ci-après) pourrait-elle être vraiment n’avoir strictement aucun effet  à long terme ?
/Ascendant maternel 1e degré / la mère de mon ex-concubine

  • La mère de mon ex-concubine, quand elle était jeune femme, a été obligé de refuser la demande en mariage de son prétendant alors qu’elle était enceinte et proche d’accoucher. Ainsi quand le bébé est né, c’est-à-dire la demi-sœur de mon ex-concubine, elle n’a connu son père « génétique » pour la première fois qu’à l’âge de 35 ans.
  • La dernière union de sa mère s’est soldée pour la troisième fois par un éloignement du père par rapport à son dernier enfant (le demi-frère de mon ex-concubine) sous le prétexte, selon elle, « d’appartenance à une secte » (l’image du père, une nouvelle fois dévalorisée). L’enfant n’aurait toujours pas repris contact avec lui. (Les lettres que son père lui avait envoyées pendant son adolescence ont été interceptées par sa mère.)
  • Mon ex-concubine quant à elle, a été forcée petite, d’aller avec sa mère en voiture et devoir se cacher sur la banquette arrière pendant que celle-ci espionnait son mari (le père de mon ex-concubine) qu’elle soupçonnait d’adultère.
  • Elle a souffert du divorce de ses parents et elle a du supporter le dénigrement de son père et entendre sa mère proférer des insultes à son encontre.

/Ascendant paternel 1er degré / Le père de mon ex-concubine

  • Mon ex-concubine demande à partir vivre chez son père à l’âge de 14 ans. Malheureusement, elle assiste à des dizaines de relations amoureuses. Ses maîtresses n’avaient droit de séjour que le week-end tout en espérant plus, mais sans pouvoir y parvenir. Elles finissaient par rompre d’elle-même, parfois à la suite à d’une grave dépression. Dans ce contexte, mon ex-concubine, témoin de ce schéma récurrent de dépendance affective, a fini par y prendre goût et se vantait de les entendre « pleurer au téléphone » et ainsi devenir ainsi la confidente de leur détresse. De quel plaisir ou de quelle fierté peut-on s’enorgueillir de ce type d’expérience ?

2/ Que dire des précédentes expériences de concubinage, qui se sont soldées par :

  • une grave dépression (à la suite de son premier concubinage),
  • une anorexie mentale (à son second),
  • une « fragilité psychologique liée au syndrome anxieux dépressif» (selon le Dr Mazet) (à son troisième)

3/ Et de ces autres faits marquants :

  • Elle déclare non sans fierté, avoir « détesté tous ses camarades de lycée », leur témoignant de la haine qu’elle estimait méritée du fait de leur « immaturité ».
  • Elle accuse son ex-beau-père de « l’avoir « poursuivie avec un couteau de cuisine autour d’une table » parce qu’il aurait cru selon elle, qu’elle aurait « incarné le diable sur une photo»([suivant ses propres termes),
  • Elle accuse son premier concubin de l’avoir séquestré – mais d’avoir quand même pu s’enfuir par la fenêtre du RDC un jour qu’il n’était pas à la maison ;
  • Elle accuse son second concubin, un kinésithérapeute, d’entretenir une double relation et d’avoir fait des préparatifs de mariage avec une autre femme, alors que leur propre relation semblait sur le point de s’officialiser …. Et a contrario de l’accuser de l’avoir harceler afin de la convaincre pour qu’ils se remettent ensemble.

Enfin, quelle empathie manifestée vis à vis de la souffrance liée à la situation actuelle où notre enfant est forcé désormais de ne plus voir son père seulement moins de 2h00/quinzaine alors qu’il habite à 20 minutes ? Cela l’émeut-elle outre mesure ?

« L’enfant aime de manière innée. La séparation du lien enfant-parent quand il s’opère est la première déchirure. »(…).

La souffrance de l’enfant peut être niée ou négligée : quels sont les risques pour l’enfant ?

 


* Au regard de ces quelques éléments, est-il alors encore possible de soulever quelques hypothèses qui permettraient d’appréhender le contexte de notre propre situation ?
En attendant, cela me permet de comprendre que mon ex-concubine a traversé dans son enfance des moments pénibles partagés également par les membres de sa famille. Seulement, je souhaiterais pouvoir trouver plus d’échos vis à vis du bien être de notre enfant, afin de ne pas ajouter à cette dramatique histoire familiale, de nouvelles souffrances et un nouveau contexte dont notre enfant est la première victime.
Mais en attendant, je me sens désarmé. Mon ex-concubine en mélangeant pêle-mêle le vrai et le faux, en étant convaincue et convaincante, finit par me faire perdre la crédibilité nécessaire pour espérer être enfin entendu.
Alors que dois-je faire, sinon me résoudre à toujours plus de patience et attendre qu’elle se rende compte des conséquences que cette situation engendre… Et ainsi d’apprendre à vivre avec ce sentiment étouffant, d’être comme jeté comme dans une prison sans barreaux, le temps indéfiniment suspendu…

[extrait du journal de bord (maj. 07/11/2011)]

 

A suivre : Les étapes de l’Exclusion Parentale A suivre : Syndrome de Médée (Service Psychiatrique – HUG)

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2011/11/07/mon-fils-est-en-danger/

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


(Le 26/09/2011)

Mon fils je t’aime de tout mon coeur,

Hier, après deux semaines de privation de l’un l’autre par ta mère ou devrais-je dire, notre mère ? Puisqu’elle nous sert de Nounou à tous les deux quand on se voit. Ca n’est pas tant pour me déplaire : je suis plutôt content de te savoir heureux quand tu as tes deux parents autour…

Mais cela fait maintenant 6 mois qu’elle appréhende 3 choses du point de vue de ta sécurité :
– Que je parte dans la nature avec toi et un baluchon (ou que tu sois « dans » le baluchon : on ne sait pas trop?)
– Que je te prépare physiquement (c’est peut-être lié?). Elle a vu sur un bout de papier écrit au milieu d’autres tâches sans importance « Préparation Physique (Elliot) » – Et comme je l’ai fait remarqué à ton Grand-père, la conclusion était bien hâtive- et qu’il n’avait pas pensé que je comptais me préparer moi à faire un peu de sport et que te porter (13kg) sur mes épaules comme on le fait à chaque fois qu’on part en balade (et on aime ca tous les deux : jeter des cailloux, la rivière, les collines) et bien cela serait au bilan, bien suffisant. Que n’avais-je pas marqué ce jour, et laissé traîner ce bout de papier : on a écopé (et on écope toujours) tous les deux de 6 mois de séparation.
– Et enfin, j’avais acheté un arc pour enfant avec des flèches terminées par un triangle de tissu (en forme de pointe un peu molle pour faire presque comme les vraies) – après le frisbee, le foot avec le ballon, le tracteur : j’avais cru que ca pourrait être rigolo !! (Quelle naïveté ?) Bilan, nous voilà tous les deux « en prison » (comme tu m’as dit l’autre jour – 18/09/2011 – directement après m’avoir rappelé au téléphone). Je t’aime mon fils.

Et donc après deux semaines de privations de nous voir l’un, l’autre – ta mère la veille, m’envoie un email avec marqué : « Demain je te propose de déposer Elliot à La Magne à 10h et de venir le rechercher à 17h« . J’étais joyeux : tu ne peux pas imaginer quand j’ai vu ce message. J’ai même pensé que Gaëlle avait compris et qu’elle voulait bien te laisser et ne te récupérer qu’à 17h… [NB, « La Magne » : c’est là où nous habitions et où je continue d’habiter depuis le départ de mon ex-femme] Et en fait, à 10h elle est venue avec toi. Elle a dit qu’elle resterait finalement : croyant qu’il y avait ma tante – mais qui s’était finalement décommandée.

Elle est restée dehors, le temps que je prépare le pique-nique. Qu’est-ce qu’on a rigolé tous les deux. Je t’ai mis « Tang » une animation sur le PC Portable pendant que t’avais attrapé avec tes dents mon tee-shirt au passage. Et comme t’avais tiré dessus : il s’était élargi, alors t’as ri et moi aussi. Ensuite, les pâtes avaient finies de cuir. J’avais préparé une portion pour ta mère qui n’avait pas prévu le coup. Et tu finissais de regarder deux trois comptines dans la salle à manger : « Gentille alouette », « Savez-vous planter des choux ? »

10h45 : Ensuite on est sorti, j’ai commencé à t’attacher à l’arrière dans le siège-auto puis à monter dans la voiture – pensant que ta mère nous attendait à l’extérieur, déjà assise dans sa voiture, prête à nous suivre. Elle est alors arrivée comme une trombe, les yeux en panique : « Tu comptais partir avec lui » (sous entendu sans elle). « Non, je pensais que tu étais dans la voiture : j’allais faire une manoeuvre pour reculer dans la cour. Je ne comptais pas partir sans toi : je t’ai d’ailleurs prévu un pique-nique.« .. « Non tu comptais partir avec lui et d’abord, j’ai décidé (comme tu ne m’as pas prévenu que ca allait se passer comme ca)… » Là je la coupe parce que je sentais par expérience, que la « peine » allait tomber et que peut-être elle allait écourter ces quelques heures ensembles ? « Bon allez, on y va.. « je lui dis, tournant la clef du moteur. « Tu pars pas : où j’appelle la Police ! » .. « Je ne pars pas, je recule, on t’attend » (Dialogue de sourd, mais le ton monte – j’ai l’impression qu’elle va tout gâcher). Je sors de la voiture, Elle commence à m’expliquer quelle va être la sanction et sa justification : je ne veux pas l’écouter (c’est trop injuste – et rien ne pourra être négocié une fois qu’elle aura prononcé la peine). Alors je me place devant elle et tente de couper là tout discours (naïf) « Qui t’as autorisé à m’adresser la parole? » je lui dis (Oui je sais, c’est pas terrible comme tirade – mais j’ai pas eu le temps de réviser et comme je vois que ca va partir en sucette du style : « prend ta punition, et ta justification : c’est non négociable » – alors je tente un truc : qu’est-ce qu’il aurait fallu faire – l’apaiser ? On ne peut pas communiquer quand elle est dans sa lubie.. alors ?)

Mais voilà, comme j’ai fait mine de vouloir m’affranchir de son autorité, la punition sera celle que Madame avait sans doute déjà ruminé pendant ces 45min où on était tous les deux, et elle, à l’extérieur…. Elle te prend alors en colère, du siège-auto de la voiture, t’arrache du contexte, du coup tu te mets à pleurer. Elle me montre tes larmes (pour elle, la chose est jugée, ce n’est pas son attitude qui en est responsable) ; elle me menace en prime et m’accuse de tes pleurs – comme si le fait de te voir partir ne suffisait pas à ma peine. J’appelle les voisins pendant cette scène, pour qu’ils fassent quelque chose pour temporiser puisque tout m’échappe et je te vois en pleurs, arraché par ta mère comme une toupie lancée : rien ne peut plus l’arrêter : qu’est-ce que je peux faire ?

Tu pleurs et tu demandes comme une dernière requête : « Papa, il nous suit ? .. » Et non mon fils : je vous aurais suivi, elle aurait roulé vite et m’aurait ensuite accusé de la pourchasser … Je reste planté là devant ma voiture, les bras ballants, regardant l’autre voiture partir. Les voisins n’ont rien pu faire, Je n’ai rien pu faire non plus. Je reste là encore 1, 2 minutes.

Cela faisait deux semaines que je me réjouissais de te voir et toi aussi. On était sur le point d’aller faire un foot à Vovray-en-Bornes. J’avais le ballon dans le coffre, le sac avec le pique-nique encore tiède… Mais à ce moment là, c’est à toi que je pensais : pourquoi ce traumatisme ? Pourquoi, je n’ai rien pu faire ? On la voulait cette partie de foot tous les deux….

Je t’aime mon fils et je ne t’abandonnerai jamais …

Epilogue

Une dizaine de minutes plus tard, je me suis rendu dans 2 gendarmeries. La première en sous-effectif était sur une disparition. La seconde s’est déclarée incompétente…

>>La suite,

cliquez sur le lien suivant pour accéder à la suite…
épilogue

source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2011/09/26/mon-fils-je-taime-le-jour-ou-on-a-ete-traumatise-tous-les-deux/


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

Read Full Post »


Lettre ouverte à un grand-père influant qui œuvre pour que son petit-fils soit privé de voir son père. Et à tous ceux qui collaborent à cette ignominie

Source : Article de https://affairesfamiliales.wordpress.com


(17/09/2011)

Dédié à tous les enfants victimes d’abus sous couvert des droits familiaux

Voici, J’ai espéré que mon message précédent permette une prise de conscience pour dénouer une situation injuste et insoutenable en particulier pour un fils privé de son père et un père qui souffre, une mère désemparée mais en même temps tortionnaire de son fils.

Par allégorie, je suis comme un prisonnier en fond de cale d’un bateau et je crie à travers la porte fermée à double tour et à qui veut m’entendre : « rendez mon fils, vous les sans-cœurs ! Rendez-mon fils ! » Ou encore « voici, la tempête arrive, je sais traverser ce détroit : ouvrez-moi ! Ouvrez-moi donc, inconscients ! ». Aussi, j’espère que le message parviendra à celle qui je crois tenir le gouvernail et qui est désorientée et tarde à décrocher la voilure pour pouvoir affronter les vents. En réalité, je viens de m’apercevoir qu’elle était proche du gouvernail mais que parfois, c’est vous qui teniez cette barre. Aussi, mes cris n’étaient parfois point entendu à son oreille, parce qu’il vous arrivez de vouloir en intercepter le contenu et que ne lui parvienne que votre synthèse.

Voici, pourtant je dis :« Parmi les siens, qui la raisonne ? Qui l’encourage ? Maudits les lâches qui laissent perpétuer cette ignominie !!! » ou encore « Agissez ou soyez maudit ! ». Et vous restez sourd à cela, vraiment ?

Vous n’êtes point sensible à la détresse d’un père. Pourtant c’est au nom de la détresse d’un père vis à vis de sa fille que vous agissez. Vous agissez en réalité contre son intérêt mais sans vous en rendre compte et vous agissez contre l’intérêt de votre petit-fils et du père de votre petit-fils.

Vous reprochiez un temps, l’interventionnisme de votre belle famille dans votre couple et voici, le temps passant : le vent a-t-il tourné ? Vous êtes un incroyant, mais qu’il s’agisse de juger de mes actes comme celui d’avoir agi pour préserver ma famille, voila que vous croyez : vous vous empressez à juger sans connaître et même sans demander. Vous croyez moins en Dieu qu’en vous-même et êtes bien sûr de vos propres jugements et de vos certitudes. Et pour en démontrer la pertinence vous n’êtes pas avare du souvenir orienté d’une multitude d’éléments à conviction présenté comme des preuves irréfutables mais surtout de vos déductions hâtives. Car dans votre emportement vous avez omis la confrontation nécessaire à la formation d’un jugement sans équivoques.

Vous n’êtes pas Dieu, vous ne devriez pas non plus être Juge. Vos certitudes en poche, vous êtes dès lors, parfaitement insensibles aux appels du coeur d’un père qui souffre (sauf le votre) et pensez que la chose passera simplement en vous voilant la face et en voilant au besoin celle de votre fille… Là aussi, vous vous trompez ! Ainsi, sans jamais remettre en question votre jugement erroné, vous êtes braqué bille en tête dans vos certitudes, comme un jésuite dans ses sandales, sans vous retourner… Aussi sachez dès à présent que votre attitude aura contribué à ce que l’on ne prenne pas conscience de l’importance à se prémunir contre ce qui arrive quand bien même vous en eusse pu être averti. En niant l’évidence, qu’avez-vous fait pour éviter ses conséquences ? Qu’avez-vous dit à ceux qui vous entourent pour qu’ils s’y préparent également ? Mais surtout votre attitude aura été génératrice d’une injustice flagrante envers votre petit fils (privé de son père) et d’une injustice envers son père ; et n’aura pas non plus apaisé le cœur de votre fille – ce qui commence à tarder pour tout le monde …

Vous êtes un « croyant de vos certitudes » mais inversement, vous êtes un incrédule vis à vis des événements tels qu’ils arrivent. Quand bien même les pieds dans l’eau continueriez-vous d’en nier la montée – tant que l’on vous confirme qu’il fait beau ?

Pourtant, n’ai-je point parlé au sujet de l’obsolescence à venir de l’Euro et observez : que se passe-t-il ? N’avais-je pas non plus annoncé que l’Amérique allait sombrer dans un chaos tant économique que physique – et n’avez-vous pas ri à ce moment là ? – et maintenant, voyez par vous-même ce qu’il advient et ce qu’il adviendra … Aussi, vis-à-vis des conséquences déductibles de cela, n’était-il pas raisonnable de prendre quelques précautions ?
Observez –voyez par vous-même l’agitation qui enfle et enflera : Comment croyez-vous que vont agir les gens pris au dépourvu ? Fallait-il attendre que la bise fût venue ? Etes-vous persuadé encore aujourd’hui qu’il était plus pertinent d’être au pied du mur (voire à travers) pour en constater la présence ? Est-ce cela, votre conception de la responsabilité inhérente à un « bon père de famille » ? Pourquoi ne pas m’avoir interrogé sur mes sources, vous qui pourtant êtes pourvu du libre arbitre et d’un esprit critique ? Puissiez-vous avoir été victime de votre incrédulité ? Sur quoi reposaient vos certitudes à considérer comme immuable des choses qui en réalité sont branlantes ?

Aussi, personne n’échappera pas à l’heure des bilans et c’est maintenant qu’il faut agir dans le bon sens.

Mais au lieu de cela : que continuez-vous à faire ? Vous persistez ! Vous rejetez mes appels. Vous jugez et conseillez … Révisez ou non vos jugements, peu m’importe – mais ravisez sans tarder les actions qui nuisent à notre enfant en le privant de son père. Ainsi, vous gagnerez à emprunter un sentier vertueux : par amour pour votre fille, par amour pour votre petit fils, par amour pour votre prochain… Et qu’enfin tout rentre dans l’ordre normalement – car nous sommes suffisamment las. Est-ce vraiment si compliqué ?Agissez vite, car en attendant, mon fils souffre.

Comme je l’ai dit et combien de fois devrais-je le dire et le redire pour qu’on le comprenne et qu’on se soucie de lui en premier lieu ? A chacune de nos rencontres, mon fils renferme en lui, la tristesse de notre séparation quand il n’est pas carrément et abusivement empêché de voir son propre père ? Qu’à fait mon fils pour qu’il subisse cela ? Qu’a-t-il fait LUI ? Vous êtes le père de votre fille et aussi naturellement, vous êtes persuadée que son égoïsme, ses rancoeurs, ses milles reproches et sa haine, ne date que d’hier, vraiment ? Quand bien même : Ne vous en prenez pas au fils ! N’ai-je point gardé ma porte ouverte pour la mère de mon fils, quand bien même elle me reprochait ce qui apparaît clairement aujourd’hui comme étant le choix du bon sens : eussiez-vous été vous même, moins en colère face à cela si vous aviez été à ma place ? L’ai-je répudié pour autant ? Ma porte n’est-elle pas encore ouverte pour elle aujourd’hui, alors que nous subissons chaque semaine la domination de son dictat ? Ai-je de la rancœur pour autant ? Non : je souhaite juste voir mon enfant et que ses droits à lui soit respecté ! Vous êtes vous-même père, cela vous parait-il si difficile à comprendre ? Pourquoi ne pas chercher à la raisonner comme un père devrait pouvoir raisonner sa fille dans son intérêt et celui de notre enfant et qu’au moins elle cesse de le considérer comme un pion sur l’échiquier de son iniquité ?

Sinon qu’avez-vous à dire au père ? Qu’il cesse ses demandes légitimes de voir son fils : vous vous moquez !? Cela vous paraît-il une demande si extraordinaire ? Et quoi d’autres, que souhaitez vous ? Je vous écoute et réglons-là cette situation absurde : Pourquoi ne cesse-t-on pas immédiatement de prendre mon fils en caution ? S’agit-il d’une prise d’otages : alors quelle en est la rançon ? Pourquoi le punir lui ? Qui êtes-vous pour influer ainsi et participer à cette ignominie ? Au nom de qui ? Au nom de quoi ? Et quels intérêts croyez-vous servir en agissant ainsi ? Votre fille est-elle privée de voir son père ? Non. Notre enfant lui, est-il privé de voir son père ? Oui, Pourquoi ? Quel intérêt est-ce que cela ? Est-ce l’intérêt de notre enfant ?

Le beau parent Patriarche / Matriarche, acteur influent dans la reproduction d’un model familial isolant voire aliénant

représentation des scenarii d’aliénation appliquée à la généalogie de la mère

Il me tarde :

  • – Qu’un homme intelligent agisse avec intelligence.
  • – Qu’une mère digne agisse avec dignité.
  • Qu’un enfant ne soit pas l’objet de transaction et puisse voir légitiment son père.
  • – Qu’un père puisse voir légitiment son enfant…

Alors agissez ainsi.

 


Epilogue : Le grand-père maternel continuera d’agir par influence auprès de sa fille, et ne me transmettra au père qu’un seul email (27/09/2011) : " Je crois aussi, que si tu persistes dans tes agissements tels que décris par Gaëlle (…), tu perdras tes droits de visite à ton fils ou du moins ils te seront fortement réduits." Comme le sort d’Elliot est essentiellement entre les mains de la mère calomnieuse et que cette dernière est sous l’influence psychologique et financière de son père. On comprend qu’effectivement, le sort d’Elliot est indirectement pour une part non négligeable, l’affaire du grand-père maternel qui peut tirer d’autant plus facilement les ficelles qu’il est un acteur discret mais efficace du scénario aliénant.


Epilogue :

Ce soir (18/09/2011) je viens d’avoir notre fils au téléphone qui n’a pas pu me voir ce week-end par décision de sa mère qui n’a pas souhaitée que je le vois malgré mes demandes réitérées.

Notre fils a 3ans et 1/2 et s’exprime bien pour son âge : on discute de peluches, de partie de foot, puis on raccroche .. Il me rappelle dans la foulée et me dis : « Tu sais : on est en prison tous les deux ! » (Comme je n’étais pas sur d’avoir bien compris je l’ai fait répéter plusieurs fois). Je ne sais absolument pas comment lui est venu ce mot ni même le concept de « prison », compte tenu des dessins animés plutôt simpliste auquel il a accès ?

Il me demande ensuite, « est-ce que tu veux venir pour l’apéro ? » (ca aussi c’est un concept…) Je lui réponds évidemment que oui, j’aimerais bien mais qu’il doit demander à sa maman ; alors il se tourne ensuite vers sa mère et lui demande à haute voix : « Est-ce que Papa il peut venir pour l’apéro ? » Réponse un peu déconcertée de sa mère mais finalement sans surprise et sans état d’âme : « Non, …je t’expliquerai plus tard » (nulle doute qu’elle lui expliquera également ce qu’il doit dire ou ne pas dire, demander ou ne pas demander voire par extension penser et ne pas penser…)

A ce jour, je n’ai toujours aucune information sur la prochaine fois que je reverrai notre fils et lui non plus.

source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2011/09/26/l_enfant_peut-il_etre_un_objet_de_transaction/

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »


Source : Article de https://affairesfamiliales.wordpress.com

Sur le même sujet, à voir : Cas de l’utilisation abusive de la Calomnie pour isoler l’enfant de l’un de ses parents dans le cas d’un divorce ou d’une séparation

(8 avril 2011)

Ma femme m’a quitté. Elle m’a dit au téléphone aujourd’hui, que c’était à cause de l’attitude inquiétante que je pouvais avoir : je fais du stock, j’achète du matériel de Trek, je parle de complots, etc…
J’ai en fait très mal calibré l’impact que ca pouvait avoir sur mon entourage. Beaucoup de philosophe se cantonne à l’abstraction. Je suis passé à la pratique. En complète cohérence avec les informations dont je disposais (même si je n’ai plus internet depuis que ma femme est partie avec la Livebox – mais ca y est les voisins me permettent de squatter leur ligne). Seulement, mon discours, mon attitude, mes anticipations étaient en complète dissonance avec le « commun des mortels » ou la personne lambda.

J’ai même dû me justifier à la gendarmerie d’avoir fait du stock !

Ma femme aujourd’hui veut me retirer la garde complète de mon fils compte tenu du risque que cela représenterait pour lui. Inutile de chercher à savoir quels pourraient être ces risques ? Ma femme qui a toute les certitudes est certaine que ce comportement qui est en décalage, relève de la folie et qu’il reflète « de graves dysfonctionnements psychologiques » (dixit la demande de son avocat pour la convocation au TIG dans un mois et demi).

J’avais fait une vidéo un peu théorique mais qui a touché beaucoup d’hurluberlu en mon genre et qui en gros expliquait pourquoi la différence de point de vue pouvait amener à être perçu comme un fou par d’autres (sous entendu plus fou encore que je ne prétends être). Et bien, c’est chose faite. Je ne suis pas venu sur Terre pour rien car j’expérimente finalement mes propres théories.

Cela dit, la situation est grave car ma femme prive notre fils de son père (pour « sa sécurité » bien entendu) et prive son père de son fils. En limitant l’opportunité à 1 fois tous les 15 jours « en milieu médiatisé(*) avec interdiction de sortie »… Inutile de faire un dessin sur le fait que j’ai l’impression d’être envoyé dans la célèbre série « Le Prisonnier » : à ne plus savoir si c’est moi qui marche sur la tête ou le système qui nous environne ? C’est assez incroyable comme être en dehors de la norme (c’est à dire celle qui émane de la folie commune) vous amène à être considéré comme fou : c’est fou !

Donc la situation est tragique : je suis à la merci totale de la mère de mon fils et mon fils lui–même – et au moins pour une dizaine d’années. Et Ma femme étant la mère et la dénonciatrice de ces faits – je suis totalement esclave de ses décisions… Je n’ai droit à l’expression que par sa bonté à m’accorder quelques minutes d’écoute – à son bon vouloir… C’est tout simplement extraordinaire !

A choisir, si un jour je me réincarne : ca sera l’Iran ou Jupiter mais rien d’autres !

Blague à part. Donc je suis fou ou j’abjure ? Que faire ?

Aussi, j’abjure !

  • Oui, j’ai fait du stock croyant que les prix des matières premières (sucre, coton, etc..) dont également les matières énergétiques (essence, ..) allaient augmenter
    Oui, c’était de la pure folie de penser une telle chose ! Et même si quelques prix aient pu augmenter : hasard ou effets temporaires – peu importe : là n’est pas la question. C’est de la folie – voilà tout : sinon pourquoi suis-je le seul ? … Alors : folie !
  • Oui, j’ai fait du stock de matériel de trekking visant à faire des randonnées en autonomie.
    Hobby, Opportunité, Projection, peu importe : pure folie !
  • Oui, j’ai eu accès à de l’information anxiogène et subversive et j’ai moi-même pris part à alimenter la rumeur notamment celle consistant à croire que la crise n’était pas finie, pire : qu’il y avait un risque obligataire sur le dollar et les bons du trésor américain – ainsi que sur la zone euro.
  • Oui, j’ai encouragé les gens à investir dans l’or et dans l’argent physique quand les cours étaient respectivement à 1000$ et 20$ l’once tandis qu’ils sont aujourd’hui à 1470$ et 40$ l’once (D’autres l’ont encouragé bien avant)
    Ce qui était pure hasard et pure folie dans tous les cas !
  • Oui, j’ai informé les gens sur les sociétés dites secrètes, celles-là même dénoncées par Kennedy, 10 jours avant sa mort, et fait la promotion de l’excellent Best Seller d’Alain Soral « Comprendre l’Empire » et même lu le non moins excellent ouvrage de Pierre Jovanovic qui porte un titre des plus suspect : « Enquête sur l’Existence des Anges Gardiens » – Ce qui était nuisible et contraire à une pensée saine, globale voire unique et dans tous les cas : pure folie !
  • Oui, j’ai même été jusqu`à me demander si Dieu pouvait finalement exister ?? Le fait même de douter de son inexistence est en soi un comportement douteux et probable d’une névrose. Dans tous les cas, c’est tout simplement absurde !

    Oui j’abjure ce comportement. Oui je reconnais qu’il s’agissait de pure folie.

  • Oui, je revends ou cède à une organisation caritative type « les resto du cœur » tous les stocks alimentaires que j’ai pu faire.
  • Oui, j’arrête d’acheter sur Internet (ou sinon des biens de consommation courant)
  • Oui, je reconnais m’être égaré, victime et tantôt acteur, de la pensée subversive sur Internet.
  • Oui, je ne remettrai plus les pieds sur ces sites
  • Oui, j’arrête d’informer mes congénères sur des choses qui n’ont ni queue ni tête, qui ne sont pas démontrées quand elles sont tout simplement absurdes ou de toute manière : anxiogènes, subversives et inutiles tout au mieux !
  • Oui, d’ailleurs, je me contenterai de divaguer sur la nature du temps qu’il fait, avec mes voisins ou des péripéties sexuelles de telle ou telle star, avec mes collègues de bureau.
  • Oui, j’arrête d’aller en dehors des clous (d’une manière générale)
  • Oui, je reprends la télé, qui me sera d’ailleurs donnée dans mon nouvel abonnement internet ce qui me permettra d’accéder à de l’information vérifiée et officielle et pas à n’importe quoi !
  • Oui – la gauche / la droite –
  • Oui, Métro – Boulot – Dodo… – et même Mac Do si il le faut ?
  • Oui à une consommation responsable, durable, bio, non polluante : c’est à dire sans CO2 !
  • Oui, je prendrai des capsules de soma (s’il en existe) à la moindre suspicion de nouveau comportement déviant.
  • Oui à tout ca – et au reste.

Maintenant je veux en faire la démonstration – j’enlève donc ma robe noir de brebis galeuse et je rejoins la masse …

Cheveux gominés, mode vestimentaire « assortie », cravate quand nécessaire, chemise repassée. Un peu de « Jogging » – ventre plat. Quelques maîtresses – mais pour quelques heures seulement (ou une semaine, si elle parle pas français) … A terme je revendrai ma Clio pour un petit ramasse-pétasse – histoire de fournir la cadence … Voilà donc un nouveau f… ! (mais propre sur lui – rassurons nous – et respectable, « normé » quoi). Vous ne l’aimez pas ? Et vous ne savez pas pourquoi ? qu’est-ce qu’on s’en fout : soyons « in »!

Maintenant merci, arrêtons la blague. Je vais faire ca. Je vais être normal (ou dans la norme). Mais arrêtons de jouer avec mon gosse !

Maintenant : vous pouvez me rendre mon fils ! Et lui rendre son père !

PS : je n’ai pas de rancune vis à vis de la mère – je demande juste à revoir mon fils « normalement »

source : https://affairesfamiliales.wordpress.com/2011/09/26/tentative-inutile-exprimer-des-regrets-face-a-la-calomnie/

 


Accueil, A proposSommaire, plan de site, catégories des articles Les PROS sonnent l alarme loi, jurisprudence et moyens preventifsTous les articles Checklist - discerner la calomnie Links, ContactsJournal de bord

 

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :